Foot - L1/L2 - Les clubs de Ligue 1 et de Ligue 2 présentent un déficit cumulé de près de 150 millions d'euros

L'Equipe.fr
L’Equipe

Les clubs professionnels français continuent à perdre de l'argent et attendent avec impatience l'entrée en vigueur du nouveau contrat de droits télévisés. Le rapport de la Direction nationale du contrôle de gestion (DNCG) est en cours de rédaction après les transmissions des données chiffrées des clubs professionnels français. Il devrait être publié dans quelques semaines. Mais, selon nos informations, on sait déjà qu'au 30 juin 2019, le bilan n'est pas bon, puisque le résultat net comptable des clubs de Ligue 1 et de la Ligue 2 affiche une perte globale d'environ 150 millions d'euros. Dans le détail, la Ligue 1 a perdu autour de 120 M€ d'euros la saison dernière, tandis que la Ligue 2 présente un déficit d'environ 30 M€ pour la même période. Ce résultat présente une très légère amélioration par rapport à la saison précédente (30 juin 2018), où le déficit cumulé était de 176,3 M€ (- 158,7 pour la Ligue 1 et - 17,6 pour la L 2). Mais il reste mauvais et sur les onze dernières saisons, une seule (2015-2016) a présenté un (minuscule) solde positif, de 3 M€. Si on se penche sur les exercices comptables cumulés des clubs pros au 30 juin 2019, on observe que la Ligue 2 a presque doublé son déficit et que la Ligue 1 a très légèrement amélioré son résultat, même s'il reste inquiétant. Notamment en raison des mauvaises performances de quelques-uns, dont l'OM (- 91,5 M€). Les comptes de l'OM dans l e rouge Autant dire que les clubs attendent avec impatience l'entrée en vigueur des nouveaux contrats télévisés. On le sait, pour la période 2020-2024, Mediapro a acquis l'essentiel des matches de Ligue 1 contre la promesse d'un chèque annuel de 780 M€ (auxquels il faut ajouter les 330 M€ de beIN Sports et les 50 M€ de Free, pour arriver à total record de 1,153 milliard d'euros) et une bonne partie de ceux de ceux de Ligue 2 pour un montant (avec beIN Sports) de 64 M€ par an. Ce qui représente une hausse de près de 60 % par rapport aux montants actuels. Et même davantage pour certains. En fonction du système de répartition, qui va être plus égalitaire, les clubs qui touchent aujourd'hui autour de 19 M€ peuvent espérer récolter près du double la saison prochaine. Ce qui devrait leur donner, s'ils ne mettent pas tout dans les salaires, une plus grande marge de manoeuvre financière.

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

À lire aussi