Foot - L1-L2 - En Ligue 1 et Ligue 2, le même protocole que celui qui a sauvé Eriksen à l'Euro

·2 min de lecture
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Si un drame similaire à celui de Christian Eriksen samedi devait se produire lors d'un match de L1 ou de L2, des règles similaires de secours à celles qui ont sauvé le Danois samedi seraient appliquées. Le drame vécu par Christian Eriksen en fin de première période de Danemark-Finlande (0-1) samedi a choqué l'ensemble de la planète football. Assez logiquement, il fait naître des interrogations. Si un tel cas se produisait lors d'un match de L1 ou de L2, comment la victime serait-elle prise en charge ? lire aussi Le jour où Eriksen a failli mourir Emmanuel Orhant, le directeur médical de la Fédération française de football membre de la commission médicale de l'UEFA, avec laquelle il a inspecté tous les stades de l'Euro, nous détaille le protocole en France. « Pour les matches de L1 et de L2 s'applique le même protocole que celui de l'UEFA. Le médecin du club recevant a l'obligation de ne s'occuper que des acteurs du jeu (joueurs, staff, arbitres) en cas de problèmes pendant l'échauffement et le match, explique le docteur Orhant. Un deuxième médecin compétent en réanimation est aussi présent sur le bord du terrain. Et il en faut un autre dédié au public uniquement. » Plusieurs dizaines de milliers d'euros par rencontre C'est aux clubs de choisir ce dernier. Certains d'entre eux, comme le PSG, l'OL, Lille ou la FFF selon nos informations, font appel à une société spécialisée, Isma, qui leur fournit tout le système nécessaire à chaque match, c'est-à-dire le médecin réanimateur, les secouristes, infirmiers, tous formés à des interventions dans un stade, mais aussi tout le matériel spécialisé dont des ambulances. Ce dispositif a un coût conséquent, plusieurs dizaines de milliers d'euros à chaque rencontre. Parallèlement, la Ligue de football professionnel offre à chaque club pro un défibrillateur, libre à eux ensuite d'en acheter d'autres. Après chaque match, tout souci avec le dispositif médical est noté dans un rapport. « Si le médecin est en retard à l'échauffement par exemple, cela est consigné et je prends une sanction ensuite contre le club receveur », explique Emmanuel Orhant. Emmanuel Orhant, directeur médical de la FFF « Eriksen a pu être récupéré car il avait un coeur sain et les médecins disposaient de son dernier bilan cardiaque » Pour le médecin fédéral, l'arrêt cardiaque d'Eriksen a été parfaitement traité samedi. « Les gestes qui sauvent, alerter, masser, ont été faits, le médecin de la sélection danoise a lui aussi très bien agi en prodiguant tout de suite un massage cardiaque (tous les médecins des sélections qualifiés pour l'Euro ont reçu une formation sur ce sujet avant le tournoi) avant que le service de réanimation du stade récupère le joueur et que ce dernier puisse être transporté vers un hôpital dans un bon état pour subir un examen détaillé qui déterminera les raisons de ce qui s'est passé, détaille le docteur Orhant. Eriksen a pu être récupéré car il avait un coeur sain et les médecins disposaient de son dernier bilan cardiaque. Dans un tel cas, il y a plus de chances de sauver un joueur. » lire aussi Accident cardiaque de Christian Eriksen : « Nous n'avons pas d'explication » Reste à savoir si le joueur de l'Inter Milan, champion d'Italie 2021, pourra rejouer. Ce n'est pas garanti encore tant que les résultats de ses examens ne sont pas connus mais ce n'est pas impossible. Aux Pays-Bas, un joueur a pu mener sa carrière avec un défibrillateur implantable.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles