Foot - L1 - Lens-Lille - Arnaud Pouille (Lens) : « 9 à 36 mois d'interdiction » de stade pour les supporters ayant envahi la pelouse

·4 min de lecture

Le directeur général du RC Lens Arnaud Pouille a annoncé ce vendredi les mesures prises par le club après les incidents qui ont émaillé le derby contre le LOSC. Le directeur général du RC Lens Arnaud Pouille s'est longuement exprimé ce vendredi matin pour évoquer les mesures prises après les incidents qui ont émaillé la mi-temps du derby contre le LOSC. Et le club artésien a décidé de frapper fort, en attendant les éventuelles sanctions des autorités. lire aussi Incidents Lens-Lille : autopsie d'une mi-temps qui a dégénéré entre supporters « Nous sommes sur des sanctions individuelles, avec l'activation du dispositif légal dit Loi Larrivé avec une interdiction de stade pour toute personne identifiée qui se serait introduite sur le terrain et aurait rompu les cordons de sécurité, a annoncé Arnaud Pouille. Le président l'a dit, le club y tient, le terrain est sacré. Les supporters peuvent faire vivre la ferveur mais dans les tribunes. C'est pourquoi ces mesures ne supporteront pas d'exception. Nous souhaitions une intransigeance totale. Ces sanctions iront de 9 mois d'interdiction à 36 mois d'interdiction. Pour le reste, les gestes, violents, déplacés, relevant de l'exhibitionnisme, de l'apologie du nazisme et toute forme de comportement déviant, une plainte sera déposée par le club, soit nominative quand la personne est identifiée, soit contre X ».
Le DG a par ailleurs annoncé la fermeture du parcage visiteurs de Bollaert jusqu'à ce que des travaux de sécurisation soient effectués. « Estimez-vous que vous avez trop fait confiance à vos supporters ?
Oui, il y a une rivalité sportive historique, oui il y a un ADN spécifique. Mais je pense que dans les supporters de la région, il y a un fond de valeurs communes. Nous demander d'adresser en le découvrant dans le stade, de traiter les comportements de hooligans dans un parcage qui n'est pas le nôtre, c'est un peu trop nous demander. Après si la question concerne le fait que le tifo ("Lillois Merda") n'était pas celui déposé... S'il n'y a pas de principe de confiance, vous ne pouvez pas construire des choses. S'il y a chez nos supporters des gens ne comprennent pas que notre rôle est de sécuriser et d'accueillir de la meilleure des façons l'ensemble du public, il faut traiter le problème. Je ne peux pas dire que je n'ai pas confiance en les supporters, il y a certainement 99,99 % des supporters en qui j'ai une extrême confiance. Après, il y a la rivalité des tribunes, il y a des messages qui peuvent être diffusés, il y a de messages dont les supporters, à Lens ou ailleurs, savent très bien qu'ils seront refusés par le club. Ils essaient de les passer par tous les moyens. À nous de nous adapter. « C'est un travail d'identification relativement lourd, il y a 17 personnes qui font l'objet d'une procédure » Savez-vous déjà combien de personnes seront interdites de stade ?
Tous ceux qui seront identifiés ; à ce stade, car c'est un travail d'identification relativement lourd, il y a 17 personnes qui font l'objet d'une procédure. Les travaux d'identification sont en cours et continueront le temps nécessaire. Quelles sont les mesures qui vont être prises pour sécuriser matériellement le stade ?
Les travaux d'aménagements pour accueillir les supporters adverses, la mise en place d'une bâche, la mise en place de plexiglas ou de filet de sécurité, le renforcement si possible des filets anti-intrusion vers la pelouse. Après, il y avait un no man's land, mais les filets de sécurité ont cédé dans le parcage visiteurs, c'est ce qui a provoqué une très forte proximité. Il y a quelques individus aussi côté Trannin qui ont rompu le cordon de sécurité. Nous étions 35 000 sur une capacité de 38 000 donc il y avait 3 000 places qui avaient été isolées pour des questions de sécurité. « Les supporters acceptent toute forme de condamnation de violence. Cela reste dans la ligne de conduite qu'on s'est toujours fixée avec eux » Comment ont réagi les supporters à ces sanctions ?
Ils acceptent toute forme de condamnation de violence. Cela reste dans la ligne de conduite qu'on s'est toujours fixée avec eux. Le plus compliqué a été de leur faire comprendre qu'ils n'avaient pas à s'introduire sur le terrain en réaction à ce qu'ils voyaient. Ce qu'ils disent, et les images tendent à le prouver, c'est qu'ils pensaient qu'il y avait affrontement entre supporters, ils se sont dirigés vers la zone. Et quand ils vont vu qu'il n'y avait rien et que la police sécurisait le bas du parcage, ils ont fait demi-tour. Il faut condamner l'intrusion sur le terrain, on leur a expliqué, ils nous expliquent que c'est compliqué car il y a un phénomène grégaire d'accompagnement. Mais il faut qu'ils comprennent que le terrain, c'est sacré. Les mouvements de foule, ça peut provoquer des dégâts qu'on n'imagine pas. » lire aussi Lens réagit aux « mesures drastiques » de la commission de discipline

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles