Foot - L1 - Ligue 1 : deux buts magnifiques mais pas de vainqueur entre Bordeaux et Nice

L'Equipe.fr
L’Equipe

Adam Ounas a joué un mauvais tour à son club formateur de Bordeaux (1-1) dimanche, en offrant à Nice un point assez heureux sur un retourné remarquable en seconde période. On s'est d'abord dit que Patrick Vieira allait devoir se faire une raison. Que malgré tout son potentiel, son équipe souffrait de trop de limites pour entretenir l'espoir de « finir haut », selon les mots qu'il avait employés cette semaine. Mais le retourné magnifique d'Adam Ounas (57e, 1-1) a permis au Gym d'accrocher un nul heureux à Bordeaux (1-1) dimanche, un point qui confirme ses bonnes dispositions du moment loin de chez lui (trois nuls et deux victoires sur les cinq derniers matches à l'extérieur) et le repositionne dans le top 8, à huit points de la 4e place. Le film de Bordeaux - Nice Il faudra en montrer davantage pour rêver plus grand, car les visiteurs ont surtout fait étalage de leurs faiblesses (déchet technique, manque d'agressivité et de rigueur) en première période, dans un 3-4-3 inhabituel qui a d'abord ressemblé à un pari perdant. Dans la lignée de ce qu'ils avaient produit à Paris (3-4) malgré la défaite le week-end dernier, leurs adversaires girondins ont démarré fort et fait la différence rapidement sur une action de grande classe : après avoir éliminé seul la moitié de l'équipe niçoise plein axe, Toma Basic a parfaitement lancé Nicolas De Préville, qui a eu la lucidité d'éliminer Walter Benitez d'un grand pont avant de pousser le ballon dans le but vide (21e, 1-0). Le classement de Ligue 1 Chacune des deux équipes a eu ses temps forts. Et les deux buteurs ont aussi touché les montants : Ounas le premier, sur une frappe (presque) parfaitement enroulée (44e), et De Préville ensuite, de la tête, après une parade miraculeuse de Benitez devant Maja (75e). Au ralenti ces dernières semaines (2 victoires en 11 matches), les Girondins pourront nourrir le regret de pas avoir concrétisé leur domination dans le dernier quart d'heure. Et notamment dans le temps additionnel, lorsque Rémi Oudin, contré par Dante (90e+2), et Maja, incapable de rabattre suffisamment le ballon de la tête (90e+3), ont fait passer deux derniers frissons dans la défense niçoise. À part Alexis Claude-Maurice, il n'y a guère eu que lui pour insuffler un peu de vie dans l'attaque niçoise. Auteur d'un but remarquable à la 57e minute, à la réception d'un centre venu de la droite de Moussa Wagué, Adam Ounas a été l'Aiglon le plus dangereux et surtout le plus juste dimanche. Il avait failli égaliser en fin de première période (44e) et a encore mis Benoît Costil à contribution à la 70e minute, sur une frappe puissante au premier poteau, dans un angle fermé. Après avoir manqué deux matches sur blessure au début du mois de février, l'international algérien est devenu indispensable au Gym : dimanche, il a été décisif pour un troisième match de suite en Ligue 1 (2 buts, 2 passes décisives), une première pour lui dans l'élite.

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

À lire aussi