Foot - L1 - Ligue 1 : l'OM, battu à Rennes, perd du terrain dans la course au titre

L'Equipe.fr
·4 min de lecture

D'abord dominateur, l'OM a ouvert le score à Rennes, mais il a fini par céder (2-1), contraint de subir après l'expulsion de Pape Gueye à la 36e minute. Il se retrouve à cinq points de Lille, leader, mais compte deux matches en retard à disputer. Le match : 2-1 L'OM restait sur six victoires d'affilée et il se doutait bien qu'il ne gagnerait pas tous les matches jusqu'à la fin. Mais il y a des défaites qui laissent beaucoup de regrets et ce voyage en Bretagne sera de celles-là. D'abord, parce que Lille a gagné (2-0 à Dijon) et qu'il prend ses distances, cinq points devant, même si les deux rencontres en retard de l'OM peuvent bousculer les choses. Ensuite, parce qu'il tenait ce match, parfaitement entamé, et qu'il l'a vu lui échapper des mains après l'expulsion de Pape Gueye (voir par ailleurs). lire aussi Le film du match Rennes-OM Les Marseillais trouveront cela sévère, et ils auront leurs raisons, mais cela ne changera rien à l'affaire : pour la première fois depuis le 27 octobre 2019 (0-4 au Parc des Princes), ils ont perdu un match à l'extérieur. Tout avait pourtant bien commencé, pour eux. Dans un 4-2-3-1 avec Payet d'un côté et Thauvin de l'autre, ils ont vite pris le contrôle du jeu et enchaîné les occasions nettes, d'abord quand Balerdi plaçait sa tête sur un coup franc de Payet (9), obligeant Maouassa à un sauvetage brûlant sur sa ligne, puis quand Benedetto manquait le cadre sur un service de Thauvin (13e). L'OM perdait le malheureux Amavi, dont le mollet n'a pas tenu plus de 18 minutes, mais il gardait le cap, dominateur et inspiré. L'ouverture du score n'a donc surpris personne, quand Gueye concluait un beau dédoublement, côté droit, entre Thauvin et Payet. Les Rennais, eux, semblaient loin du ballon, dépassés dans les duels. Mais, à onze contre dix, le film allait changer du tout au tout. lire aussi Le classement de Ligue 1 L'OM passait en mode résistance, reculant d'un coup dans un 4-4-1 en début de deuxième période, avec Payet seul en pointe à espérer des ballons qui n'arrivaient pas. Rennes s'enhardissait, forcément, s'approchant de la surface de Mandanda, impuissant sur la tête de Traoré, qui coupait un coup franc devant Balerdi, trop court dans le duel (1-1, 64e). Le gardien marseillais se couchait devant Terrier (68e), puis devant Hunou (69e), et le scénario semblait écrit, tant l'OM subissait. AVB tentait de solidifier son bloc, passant en 5-3-1 après l'entrée de Strootman, mais les Bretons ont poussé et ils ont fini par marquer, quand Hunou surgissait devant le but pour conclure après un coup franc de Bourigeaud (2-1, 83e). Le joueur : Pape Gueye fait un carton Convaincant samedi dernier face à Monaco (3-1), où il était vite entré en jeu pour remplacer Sanson, blessé, Pape Gueye vivait ce soir sa quatrième titularisation en L1. Son entraîneur apprécie son profil et ses progrès, et le Portugais a d'abord dû être satisfait de son choix. Tranchant et mobile, l'ancien Havrais ouvrait le score d'une belle frappe fouettée du gauche, aux vingt mètres, après un centre en retrait parfait de Payet. lire aussi Les résultats de la 15e journée de Ligue 1 C'était le premier but en Ligue 1 de sa jeune carrière, mais l'inexpérience peut jouer des tours, aussi. Averti très tôt (11e) pour avoir retenu Camavinga, Gueye a frôlé le carton rouge après un duel avec Traoré (28e), où ses crampons ont fini sur le visage du Rennais, mais le geste était involontaire et M. Turpin n'a rien dit. Il a été plus sévère, en revanche, quand le milieu de terrain de l'OM mettait un coup de coude, involontaire lui aussi, au visage de Mbaye Niang (36e) sur un duel aérien : un deuxième jaune qu'il n'a pas compris, sur le coup, et une expulsion qui a coûté cher à son équipe. 4 Adrien Hunou, qui a donné la victoire à Rennes en marquant le deuxième but, n'est pas souvent titulaire mais il n'a pas besoin de débuter pour marquer, cette saison : en trois titularisations en Ligue 1 (et 8 matches comme remplaçant), il a marqué quatre buts.