Foot - L1 - Ligue 1 : le syndicat des arbitres tacle les « intimidations »

L'Equipe.fr
·1 min de lecture

Le syndicat des arbitres de l'élite (SAFE) a « pris acte » mercredi soir la suspension pour deux mois du président du FC Nantes, Waldemar Kita, après les incidents de Nantes-PSG : « On ne saurait tolérer des actes d'intimidations ». Dans une rare réaction à une décision de la commission de discipline, le syndicat des arbitres (SAFE, arbitres de l'élite) a « pris acte » mercredi soir de la suspension pour deux mois du président du FC Nantes, Waldemar Kita, pour son comportement à l'issue du match Nantes-PSG, le 31 octobre (0-3). « Si le vestiaire d'un arbitre peut le cas échéant être un lieu d'échanges et de débats courtois après match, on ne saurait y tolérer des actes d'intimidations envers le corps arbitral, écrit le SAFE dans un communiqué. Faut-il le rappeler, on ne touche pas à un arbitre ! » Une histoire de penalties Le président nantais, notamment agacé par un penalty litigieux sifflé en faveur des Parisiens (provoqué par Mbappé) en seconde période, s'en était pris de manière virulente aux arbitres du match. Il leur avait notamment reproché d'avoir reçu dans leur vestiaire, à la mi-temps, Kylian Mbappé, Marquinhos, le capitaine parisien, et Leonardo, le directeur sportif, convoqués après que Mbappé a pesté contre la décision de monsieur Ben El-Hadj de ne pas siffler un penalty en sa faveur dans le temps additionnel. Conséquence de sa sanction, Waldemar Kita ne pourra pas siéger au conseil d'administration de la Ligue où il a été réélu pour quatre ans en septembre dernier puisqu'il est non seulement suspendu de banc de touche et de vestiaire d'arbitres mais aussi « de toutes fonctions officielles ».