Foot - L1 - Ligue 1 : Toulouse, carences résistantes

L'Equipe.fr
L’Equipe

Battue pour la 10e fois de suite en Ligue 1 par Brest (2-5), samedi, la lanterne rouge se prépare à une interminable seconde partie de saison, sauf sursaut rapide. Grossièrement, l'effet Antoine Kombouaré s'était limité à un match gagné contre Lille (2-1, le 19 octobre). L'effet Denis Zanko aura eu une durée de vie encore plus restreinte : 72 minutes face à Brest (2-5), samedi. En tête au score (2-1), les Violets ont concédé quatre buts entre la 72e et la 85e minute, une avalanche qui a enseveli la bonne impression née de leur première période. Les changements de techniciens ne modifient pas une des tendances de fond de la saison : le TFC encaisse beaucoup de buts en début de match, comme ce fut encore le cas face aux Bretons (Court, 7e), mais aussi en fin de rencontre, comme l'a également signalé, dans de très larges proportions, cette 14e défaite de la saison en Championnat. Cet écroulement spectaculaire durant les vingt dernières minutes souligne avec force les carences des joueurs sur le plan psychologique. Les notes de Toulouse-Brest « Je ne sais pas ce qu'il s'est passé, comment l'expliquer, s'interroge Bafodé Diakité, le double buteur toulousain. C'est un problème mental. On a eu peur de mal faire. On a voulu garder le résultat jusqu'à la fin et on s'est mis des freins. » Zanko, qui coachait pour la première fois en L1, élargit le constat : « On n'a jamais éludé les problèmes qui sont les nôtres. Tout est lié : sur le plan mental, physique et technique. Mon rôle va être de redynamiser le groupe sur des éléments positifs, ceux que l'on a vus en première période. Sans oublier d'insister sur nos erreurs de la seconde. Le club traverse une période très difficile, mais nous devons rester très solidaires. » Le risque d'implosion est grand, en effet, alors que les records négatifs s'accumulent, notamment sur le plan défensif : les 44 buts encaissés constituent le pire total à ce stade de la compétition depuis que Nancy en avait pris 45 en 1991-1992. Les Lorrains étaient descendus à l'issue de cet exercice-là, un triste sort qui attend les Toulousains, sauf sursaut brutal lors des prochaines journées. Ils comptent, certes, seulement cinq points de retard sur le 18e, Amiens (avec un match de moins, mercredi contre Reims). Mais la série en cours de 10 échecs en L1 a de quoi geler les optimistes forcenés, s'il en reste. À ce rythme, le TFC, qui se déplacera à Lyon lors de la prochaine journée (le 26 janvier), a bien plus de chance d'atteindre le record absolu de défaites d'affilée dans l'élite hexagonale (12) que de se maintenir. Le classement de la Ligue 1

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

À lire aussi