Foot - L1 - Lille - Christophe Galtier (Lille) : « Ça ne doit pas être une chape de plomb »

L'Equipe.fr
·5 min de lecture

Avant d'accueillir l'OM mercredi (21 heures), Christophe Galtier, l'entraîneur du LOSC, invite ses joueurs à se libérer et a profité pleinement de leur saison. Comme s'il sentait son groupe se crisper à l'idée d'un possible titre de champion de France. « Quel est l'état de l'effectif lillois ?
Tout le monde est opérationnel sauf Burak (Yilmaz) qu'on espère récupérer pour le match à Monaco (le 14 mars). Votre état d'esprit a-t-il évolué depuis dimanche et le match nul contre Strasbourg (1-1) ?
On est déçus de ne pas l'avoir emporté mais soulagé d'avoir pris un point. On était plus près de perdre que de l'emporter. On verra bien ce que ce point pris nous rapportera en fin de saison. Il y a des points qui sont toujours bons à prendre. On est déçus de notre animation offensive. Mais bon, j'ai vu les résultats en Europe des équipes qui avaient joué en Ligue Europa en milieu de semaine : très peu l'ont emporté. Mentalement, c'est plus compliqué. lire aussi Mike Maignan (Lille) : « On était tous en colère » Vous sembliez vigilant avant le match de Strasbourg : vous redoutiez un contrecoup ?
Notre réaction après l'élimination contre l'Ajax me laissait craindre un relâchement. On avait l'air de penser que ce serait plus simple contre Strasbourg que face à l'Ajax. Mais les équipes qui nous jouent ne se laissent pas faire : aucune. Les équipes qui nous affrontent ne jouent plus contre nous de la même manière qu'il y a deux ou trois ans. Alors il faut être à fond. Il y a une exigence et une détermination indispensables à mettre pour vouloir gagner. Les équipes jouent contre nous comme contre Paris, Monaco ou Lyon, c'est comme ça désormais. « Une équipe m'impressionne et c'est Monaco. Monaco est supérieur aux trois autres en ce moment » Qu'allez-vous "chercher" chez vous joueurs dans la préparation du match contre Marseille ?
Je leur ai beaucoup parlé lundi, entre 25 et 30 minutes, et c'est beaucoup ça. J'ai attiré leur attention sur ce qu'était leur parcours à ce jour et sur ce qu'ils étaient aujourd'hui. Il ne faut pas lâcher, il faut être fort mentalement. Dans leur préparation personnelle, comme dans le respect des consignes. Il faut accepter ce qu'il va se passer, et notamment la concurrence. On ne doit pas se focaliser sur le possible exploit qu'on pourrait réaliser, ou envisager quelque chose d'exceptionnel. Il faut tout mettre en oeuvre et tout donner. Peut-être qu'on ne va pas y arriver car les trois autres aussi veulent être champions. On sera peut-être 4e avec plus de points qu'il y a deux ans. Mais si on n'y arrive pas, ce ne sera pas un désastre. Il y a eu beaucoup de louanges sur notre équipe, dans les médias et ailleurs, mais il ne faut pas que tout cela soit une chape de plomb. Ce n'est que du bonheur d'être là. Beaucoup de joueurs aimeraient être là, ça se présente rarement dans une carrière. lire aussi Le classement de la Ligue 1 Paris est-il toujours le favori pour le titre selon vous ?
Il faudra voir son parcours en C1 et ce serait bien qu'il gagne la Ligue des champions pour le football français, pas pour jouer plus de matches que nous. Après, une équipe m'impressionne énormément et c'est Monaco. Monaco est supérieur aux trois autres en ce moment. Et que pensez-vous de l'OM ?
Son projet de jeu est différent et son entraîneur, Nasser Larguet, assure l'intérim de belle manière. J'aime ce qu'il renvoie dans son discours et sa posture, son calme et sa sérénité. Il sait pourquoi il est là, il sait ce qu'il doit faire. C'est un exemple à suivre par rapport à certains intérimaires. Il a changé le système et relancé des joueurs. Il a envie de faire les choses ensemble. Il a su fédérer autour du discours et du projet. « Je n'ai pas l'obsession de devenir un jour entraîneur de l'OM » L'OM peut-il être l'arbitre de la lutte pour le titre ?
L'OM est mieux en termes de résultats et de jeu. On aurait pu craindre du résultat, dimanche quand il a été mené contre Lyon, mais sa personnalité et son jeu ont été intéressants en deuxième période. Le nul a été équitable. Marseille renvoie une meilleure image qu'à un certain moment. L'OM a le droit de croire qu'il peut finir 5e. Pourquoi Renato Sanches n'est pas entré en jeu contre Strasbourg ?
Il avait eu une alerte la veille, des douleurs musculaires. Il va mieux. lire aussi Calendrier et résultats de la Ligue 1 Vous êtes Marseillais. Que représente l'OM pour vous ?
Marseille pour moi, ce sont d'abord des matches en famille dans les tribunes. Avant d'atterrir à Marseille où mon papa avait été muté, j'avais découvert le football au stade à Lyon, en voyant de sacrés joueurs. Mon père était policier et il faisait la sécurité au Stade Vélodrome, on y allait ensemble, on avait la chance de ne pas payer les places à l'époque. Ce sont des souvenirs de famille. L'un de mes cousins (Jean-Charles De Bono) a ensuite fait partie de l'épopée des Minots (il a joué à l'OM de 1980 à 1985). Marseille est une partie de mon adolescence et de mon apprentissage. Avec Gérard Gili, comme entraîneur. Marseille, c'est un ensemble, une vie familiale et sociale. Mais je n'ai pas d'obsession de devenir un jour entraîneur de l'OM. Et je n'aurai aucune frustration si à la fin de ma carrière je n'ai pas entraîné l'OM. J'aime vivre à Marseille et à Cassis. J'aime aller au Vélodrome. Un mot sur la démission de Julien Stéphan à Rennes ?
C'est sa décision mais je suis surpris qu'il l'ait prise. »