Foot - L1 - Lille - Lille : Christophe Galtier n'a pas aimé l'entrée de Jonathan Bamba à Lyon

L'Equipe.fr
·2 min de lecture

L'entraîneur du LOSC Christophe Galtier a expliqué ce jeudi qu'il avait trouvé l'entrée en jeu de Jonathan Bamba moyenne, à Lyon. Il attend plus de son ailier gauche. C'était la grande surprise de son onze de départ à Lyon, dimanche (3-2). Christophe Galtier avait laissé sur le banc Jonathan Bamba, habituel titulaire inamovible sur le flanc gauche, et titularisé Renato Sanches à sa place. L'ex-Stéphanois est entré peu après l'heure de jeu mais, à l'image d'une frappe partie dans les nuages, il n'en a pas profité pour marquer des points. lire aussi Le programme de la 35e journée de Ligue 1 « Il avait dû s'en apercevoir dans la semaine (qu'il ne démarrerait pas) car c'est un garçon intelligent, a expliqué son entraîneur. Il l'a su la veille, il n'y a pas eu d'explication à donner, c'était un choix précis par rapport à un match précis. J'ai eu un échange avec lui cette semaine, après le match, en laissant retomber les émotions des uns et des autres, pour lui expliquer les raison de mon choix et lui dire ce que j'attendais de lui quand il entrait en cours de match. Si ça doit se répéter, il doit avoir en termes d'investissement autre chose que ce qu'il a mis. » « Pas de mise en garde » Galtier n'a que peu goûté cette entrée, même s'il a cherché à en comprendre les raisons: « Je peux comprendre qu'il y ait une surprise pour lui de ne pas démarrer un match important, et que derrière il y ait un petit coup de massue. Au moment où il est entré, il y avait une grosse intensité, une grosse pression. Et peut-être que sa préparation à l'échauffement, combinée à la déception, a fait qu'il a fait une entrée moyenne. J'ai pris en comparaison les entrées de Luiz (Araujo) ces derniers temps. On a donc discuté mais dans un climat détendu, non pas de mise en garde. Dans ces cas là, ton échauffement doit être différent, car tu rentres dans un match où les gars sont pied au plancher. » lire aussi Christophe Galtier (Lille) : « Comme un chien avec un os dans la bouche »