Foot - L1 - L'OM bat Nice et repart de l'avant en Ligue 1

L'Equipe.fr
·3 min de lecture

Porté par Payet et le surprenant Khaoui, l'OM s'est imposé contre Nice lors d'un match en retard de la 11e journée (3-2). Les Olympiens sont 6es, à un point de Rennes. Le match : 3-2 L'OM n'est pas mort. Ce mercredi, il a mis fin à une terrible série de sept matches sans victoire en L1 grâce à son succès contre Nice, lors d'une rencontre en retard de la 11e journée. Ces trois points permettent aux hommes de Nasser Larguet de « rester vivants en Championnat » : sixièmes, ils sont à une longueur du Top 5. lire aussi Le film d'OM - Nice En l'absence de Benedetto (suspendu), Thauvin ou encore Rongier (qui ont commencé sur le banc), les Olympiens ont été organisés en 4-2-3-1. Le jeune Dieng a été aligné en pointe et son jeu sans ballon aura été intéressant. Sa talonnade de la 41e aurait pu permettre à Khaoui de marquer. Le Tunisien a toutefois inscrit un doublé (voir par ailleurs) après avoir vu le revenant Alvaro ouvrir le score à la 14e d'une frappe puissante sous la barre. Dimitri Payet, qui a occupé le poste de numéro 10, a pris du plaisir à s'excentrer. C'est depuis les côtés qu'il a été à l'origine des trois buts locaux. Si l'attaque a fait le travail, la défense a eu plus de problèmes sans Balerdi (suspendu) ni Lirola (non qualifié). De retour dans le onze, Caleta-Car et Sakai ont été impliqués sur les deux réalisations niçoises. Le Croate n'a pas coupé le centre de Boudaoui qui a été exploité par Gouiri (47e). Le Japonais, lui, a lâché le marquage sur le deuxième but signé par le jeune Sellouki (87e). Très fébrile, Mandanda a eu de la réussite dans le temps additionnel quand le coup franc de Gouiri a touché son poteau puis lui a rebondi sur la cuisse avant d'être dégagé par Amavi. Avec trois points pris en cinq matches, l'OGCN est scotché dans le ventre mou (14e). 58 Marseille a encaissé au moins un but lors de chacun de ses 14 derniers matches à domicile en Ligue 1. C'est sa pire série depuis 58 ans (14 matches entre mai 1959 et février 1963). L'homme : Khaoui avait la rage Un cri dans la nuit. Saîf-Eddine Khaoui a hurlé de rage et de bonheur quand il a marqué à la 42e, à la réception d'un centre en retrait de Luis Henrique. De quoi évacuer des mois de frustration, lui qui a été titularisé pour la première fois en L1 cette saison. « J'attendais ça depuis tellement longtemps, dans mon club de coeur, a-t-il reconnu au micro de Canal Plus. J'ai la confiance du coach et je lui ai rendu ce soir. » Souvent utilisé comme latéral gauche par André Villas-Boas, l'ancien Caennais a été replacé plus haut par Nasser Larguet. Très moyen à Auxerre en Coupe de France (2-0), il a été bien meilleur contre les Aiglons. lire aussi Le classement de la Ligue 1 Il a inscrit un deuxième but à la 53e, plein de sang-froid pour contrôler et placer un second ballon. À la 41e, il avait échoué sur la transversale de Benitez. Offensivement, il a été très en vue depuis son aile droite, avec la moitié des tirs de son équipe (4/8). Mais il a beaucoup travaillé avec 14 duels disputés (record du match avec Gueye et Bambu), deux tacles, deux interceptions et cinq récupérations. Épuisé par son match plein, il a été remplacé à la 76e par Valentin Rongier. Sans ovation du public, malheureusement, en ces temps de huis clos sanitaires.