Foot - L1 - Losc - Julian Palmieri avant de se rendre à Bastia avec le Losc : «On va aller chercher le maintien»

L'Equipe.fr
Le défenseur de 30 ans Julian Palmieri a annoncé jeudi sur son compte Twitter avoir résilié son contrat à Lille.

Julian Palmieri, le latéral gauche du Losc, ex-Bastiais, vit mal le fait de ne pas jouer plus souvent. Il quittera le Nord cet été si les choses n'évoluent pas.«Comment appréhendez-vous ce retour à Furiani ?Cela fait bizarre. En même temps, je m'y attendais un peu. A un moment, il fallait y retourner. C'est un match particulier. Je devrais mettre mes sentiments et ma passion de côté. Espérez-vous jouer cette rencontre si spéciale pour vous ?Si j'espère jouer un match, c'est bien celui-là. Ça me ferait très, très plaisir. Ces dernières semaines, je n'ai pas fait partie du groupe (il sera bien dans celui retenu pour Bastia et Monaco). On ne va pas se voiler la face. Si je dois jouer, je serai à 200% en faveur du Losc. Je profiterai aussi de la famille, des amis. Ça fait du bien de rentrer à la maison et pour une bonne raison : essayer de remporter ce match. On sait que Bastia est dans le doute. Ça fait pas mal de temps qu'ils n'ont plus gagné. J'aurais préféré jouer le Sporting à un autre moment. Tout le monde sait que c'est mon club de coeur. Ça me fait de la peine pour eux. Mais c'est le foot. On va faire en sorte de les mettre en difficultés.Comment vivez-vous le fait de ne plus jouer ?Je le vis mal. Je suis un compétiteur et je ne suis pas satisfait quand je ne joue pas. Je m'entraîne à fond pour gagner ma place. L'entraîneur fait ses choix. Je ne suis pas là pour le contredire. Je fais abstraction de ma colère, de mon incompréhension. J'attendais autre chose. Les gens disent ''il doit plus travailler''. Mais je donne ce qu'il faut. Après, mon cas n'est pas important. Je ne suis personne. Le collectif doit passer avant tout. Je ne suis pas là pour me lamenter. On veut aller chercher ce maintien en L1. Que ferez-vous la saison prochaine si vous ne jouez pas celle-ci ?Il me reste un an de contrat. Il sera temps de parler pour savoir si je reste ou pas. Mais rester dans ces conditions, non! J'ai trente ans. M'entraîner la semaine et ne pas jouer le samedi, ce n'est pas possible. Je ne demande pas à partir. Après, le coach fait ses choix. Il me fait comprendre que je suis moins bien qu'un autre (Béria est titulaire à gauche). Je dois gagner ma place. Mais je ne suis pas un complément d'effectif. Je suis un passionné de foot. Ça m'embête cette situation. J'aimerais rendre au LOSC qui est venu me chercher. Je n'oublie pas que le club m'a fait confiance. Contre Bordeaux (2-3 le 25 février), L'Equipe ne m'a pas trouvé bon. Comme d'habitude! Mais moi je pense avoir été bon (il a été expulsé à la 80e minute). Je respecte les choix de l'entraîneur. J'essaye de le mettre en difficulté dans ses choix. Je suis frustré. Je pense qu'il le voit. Alors je continue de chambrer (dans le vestiaire), de mettre de l'ambiance.Comment les Lillois doivent-ils aborder leur déplacement à Bastia dans un contexte particulier ?J'en parlais avec Rio (Mavuba, capitaine). La saison passée, Lille avait réussi le coup parfait en nous piquant en contre. Les Dogues nous posaient beaucoup de problèmes. Le Losc se doit de mettre beaucoup d'engagement. Bastia va partir très fort. A nous de faire le dos rond et d'attendre la fin de la tempête. Le stade est petit, l'ambiance sera chaude. Si j'ai un conseil, c'est de se concentrer sur le terrain. De ne pas s'occuper de ce qui se passe autour. Et de bien gérer le premier quart d'heure. Je pense qu'on est en mesure de le gérer. On a les joueurs pour. Pouvez-vous nous définir quel est le contexte de Furiani ?Cela déclenche des fantasmes, et le mot est un euphémisme. On arrive à de la folie. Certains journaux se régalent. Ce n'est pas la réalité. Moi aussi j'ai entendu des choses dans d'autres stades et on n'en a pas parlé comme ça. Ce n'est pas la vérité. C'est un club très attachant. Les supporteurs sont entiers. Il peut y avoir des réactions un peu chaudes. Mis à part le drapeau tombé sur Lucas (PSG) qui est clairement honteux, et des chants (racistes contre le niçois Ballotelli) qui n'ont rien à faire dans un stade, ce n'est plus ce qui se passait il y a quinze ou vingt ans. Le club et les supporteurs ont fait des progrès. Il y a des caméras partout. On ne peut plus se permettre de faire n'importe quoi. Alors ceux qui prétendent des choses sur ce club, c'est presque de la mauvaise foi. C'est un club à part dans la foot français. Sur lequel on aime taper dessus. C'est un problème. Quand on est dans ce club, il faut le gérer. Le fait d'être en dehors me fait voir les choses différemment. On a cette faculté d'exagérer les choses. Le contexte... C'est une blague. Ça ne marche plus. Quand une équipe perd, elle parle du contexte. Et occulte son propre match pour se cacher derrière cette excuse. On se fait traiter de racistes, de feignants, de terroristes pour nous déstabiliser. Ça me fait rire. A la limite, ça me motivait personnellement. En tous cas, Bastia est un club qui mérite d'être en L1.»Franck Passi : «Se donner la possibilité d'être dans les dix premiers»

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages