Foot - L1 - Maintien en Ligue 1 : quelles sont les chances de Montpellier, Caen, Dijon, Nancy, Lorient et Bastia ?

L'Equipe.fr

La course au maintien en Ligue 1 est lancée. Qui disposera des 42 points nécessaires mais pas toujours suffisants pour rester dans l'élite ou endosser le costume de barragiste ? Revue d'effectifs des prétendants.Sujet aussi récurrent que les bourgeons des marronniers au printemps, le nombre de points nécessaires pour s'assurer d'un maintien en Ligue 1. Avec une particularité cette année, la tenue des matches de barrage pour l'accession à l'élite. Une première depuis 1993. Ainsi, le 18e de Ligue 1 affrontera dans un format aller-retour le 3e de Ligue 2 à l'issue de la saison (les 25 et 28 mai).Le mythique entraîneur de l'AJA, Guy Roux, avait fixé, quasi arbitrairement mais avec une grande clairvoyance, lors de la saison 2005-2006, le seuil de l'assurance du maintien à 42 points. L'estimation du Bourguignon n'a été démentie qu'une seule fois depuis. La saison passée, 40 points avaient suffi à Toulouse pour goûter à nouveau aux joutes de l'élite, et lors de l'exercice précédent... 42 points au même TFC. Un permis de Ligue 1 à 42 pointsEn 2013-2014, les 40 points de Sochaux s'étaient avérés insuffisants mais Nice, avec... 42 points s'était maintenu. En 2012-2013, Ajaccio s'était sauvé avec 40 points et en 2011-2012, Lorient s'était contenté de 39 unités. Mais en 2010-2011, dans un championnat très resserré, Monaco, fort de ses 44 points, avait toutefois connu les affres de la descente. Cette saison, le maintien se jouera sans doute en deçà, notamment avec les barrages.Mais posons toutefois le dogme des 42 points et jugeons des forces et faiblesses des plus mal lotis pour établir un baromètre des prétendants au maintien, forcément soumis à l'arbitraire et à la subjectivité. Rien n'est jamais acquis dans le football, les joueurs du PSG ne le savent que trop bien.A sept journées du terme du championnat, les six dernières équipes se tiennent en huit points et la mieux classée, Montpellier, 15e, dispose de 33 points. A ce stade de la compétition, seul le 7e, Saint-Etienne, a franchi la barre des 42 points. Mais il faut bien faire des choix. Le nôtre débute avec le club héraultais. Quelles sont les chances de chacun d'atteindre les 42 points où à défaut de rester en Ligue 1 ?Un match nul et quatre défaites lors des cinq dernières journées. Le MHSC ne va pas bien. Sa dernière victoire remonte au 11 février face à Nancy (3-0), très sérieux prétendant à la descente, et ses deux prochains matches le voient affronter des concurrents directs pour le maintien, Caen et Lorient. Et pour aller jusqu'à la 38e journée, les joueurs du présumé sauveur Jean-Louis Gasset défieront le PSG, Lille, Rennes, Lyon et Angers.Une victoire, un nul et trois défaites lors des cinq dernières rencontres. Le Stade Malherbe surfe sur une montagne russe. Battus à domicile par Angers (2-3), auteur d'un bon nul à Nice (2-2), balayés à domicile par Monaco (0-3), les Normands ont toutefois de la ressource mais un calendrier compliqué jusqu'à la fin de saison. S'ils reçoivent quatre fois avant un dernier déplacement à Paris, c'est pour accueillir Montpellier, Nantes, Marseille et Rennes. Et deux déplacements tout aussi délicats à Metz et Toulouse.Trois défaites et deux nuls lors des cinq dernières journées, Dijon, prometteur promu, a perdu de sa «superbe» malgré quelques individualités de talent (Diony, Lees-Melou). Comme Montpellier, sa dernière victoire remonte à la 25e journée, face à Caen (2-0). Depuis, les hommes d'Olivier Dall'Oglio sont dans le flou. Les Bourguignons gagnent peu et totalisent le plus de matches nuls du peloton de queue. Mais le calendrier leur est favorable avec quatre réceptions dont deux face à des concurrents directs (Bastia et Nancy) face auxquels la victoire est impérative.Rien ne va plus à Nancy. Quatre défaites en cinq matches mais jamais avec plus d'un but d'écart, un coach au bord de la crise de nerfs et des joueurs qui se voient déjà en Ligue 2. La mission relève presque de l'impossible pour les Lorrains qui pourtant produisent du jeu depuis le début de saison. Et le calendrier n'a rien de rassurant : déplacements à Nice, Metz, Dijon et Saint-Etienne et réceptions de Rennes, Marseille et Monaco. L'ASNL, plus faible attaque de Ligue 1 et à la recherche d'une victoire depuis le 5 février, peut encore rêver de conserver son actuelle place de barragiste mais derrière, Lorient a lancé le sprint.Trois défaites (dont deux face à Paris et Marseille) puis deux victoires consécutives face à des concurrents directs et les Merlus se sont pris à rêver d'une remontada vers les sommets des bas-fonds. D'autant que le calendrier s'y prête assez bien : déplacement à Montpellier, réception de Metz, déplacement à Bastia... Mis à part un déplacement à Lyon et la réception de Bordeaux, les Morbihannais n'affrontent aucun «gros poisson» et seront aux prises directes avec la concurrence. Idéal pour la motivation malgré les 19 défaites de la saison.Treize matches sans victoire dont sept à domicile, cinq matches sans inscrire le moindre but... Les statistiques du SC Bastia plongent en abîme. La dernière victoire des Corses remonte au 17 décembre (2-1 face à Rennes). Bastia était alors 12e avec... 20 points ! On jouait la 18e journée. Depuis, les Bastiais sont en enfer et bientôt en Ligue 2. Et le calendrier, qui n'a plus grande importance, expose les hommes de Rui Almeida à des concurrents directs (Dijon, Lorient) ou des cadors (Lyon, Bordeaux, PSG, Marseille).VerdictBastia et Nancy ont toutes les cartes en main pour rejoindre la Ligue 2 la saison prochaine.Lorient et Dijon devraient se disputer la place de barragiste.Caen et Montpellier devraient se sauver avec ou sans les 42 points.

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages