Foot - L1 - Matuidi sauve le PSG à Metz en match en retard de la 31e journée de Ligue 1

L'Equipe.fr
Le PSG a été sauvé par Blaise Matuidi sur la pelouse de Metz ce mardi (3-2), en match en retard de la 31e journée de Ligue 1. Paris revient à hauteur de Monaco en tête du classement, alors que l'ASM a encore un match en retard à jouer.

Le PSG a été sauvé par Blaise Matuidi sur la pelouse de Metz ce mardi (3-2), en match en retard de la 31e journée de Ligue 1. Paris revient à hauteur de Monaco en tête du classement, alors que l'ASM a encore un match en retard à jouer.Le match : 2-3 Paris a joué avec le feu à Saint-Symphorien, et Paris a failli se brûler. Mais un but à la dernière seconde de Blaise Matuidi a sauvé les Parisiens du bûcher. A Metz, l'objectif du PSG était simplissime : gagner pour devenir coleader de Ligue 1 en attendant que Monaco dispute à son tour son match en retard, contre Saint-Etienne. La mission parisienne a été accomplie au terme d'un scénario incroyable, et d'un énorme frisson, qui semblait évitable. La tâche des joueurs de la capitale avait pourtant été simplifiée avant même le coup d'envoi, avec une composition messine largement remaniée par Philippe Hinschberger. Le coach lorrain avait aligné une équipe A', en vue d'une course bien différente de celle des joueurs d'Emery, celle pour le maintien.Le film du matchClassement Face à des Grenats bien moins gênants que les Angevins et leur pressing, samedi, le PSG a immédiatement pris le contrôle, s'installant durablement dans le camp adverse. Avec un Lucas plus efficace (voir par ailleurs), Paris aurait pu prendre l'avantage très tôt dans le match. Marco Verratti et ses partenaires ont finalement dû patienter jusqu'à la demi-heure de jeu. Le 30e but de la saison de Cavani, de la tête, a lancé les Parisiens (33e), et Matuidi a immédiatement fait le break, en prenant l'espace avant de conclure d'un pointu (36e). Le PSG a toutefois basculé dans une phase plus noire après la pause. D'abord, la semelle de Doukouré sur Verratti (48e) a fait craindre le pire, mais le petit Italien, en serrant les dents, a repris sa place. Moins tranchant dans ses attaques, plus hésitant techniquement, Paris s'est mis à douter. Les entrées de Pastore et Guedes n'ont pas changé le visage parisien, alors que celles de Sarr, Diabaté et Jouffre ont transcendé Metz. Ce dernier a d'ailleurs permis aux Messins de revenir, sur coup franc. L'ancien joueur de Lorient, entré en jeu deux minutes plus tôt, a marqué d'un coup de patte travaillé depuis les 25 mètres, plein axe. Tremblotant, le PSG a craqué en voyant Diabaté égaliser sur un centre de Sarr (88e). Jouffre a même failli donner l'avantage à Metz, mais son nouveau coup franc a heurté la barre de Trapp (90e+1). Noyé face à un adversaire euphorique, Paris a refait surface à la dernière seconde, grâce à une tête de Matuidi sur un centre de Pastore (90e+3). Une fin de match incroyable pour un happy end, qui ne doit pas faire oublier les jambes en cotons du PSG après la pause.Le sauveur : Matuidi, dix ans après Déjà buteur contre Guingamp il y a deux semaines, Blaise Matuidi a endossé le costume de sauveur à Saint-Symphorien. Le milieu parisien, pourtant pas forcément attiré par le but, a signé un doublé qui pourrait s'avérer capital dans la lutte pour le titre. Il n'avait plus marqué deux buts dans un match de Ligue 1 depuis 10 ans, et un doublé avec Troyes contre Sedan, en avril 2007. Bien lancé par Maxwell pour le but du break parisien (36e), il a trouvé le supplément d'âme pour placer sa tête libératrice sur le centre de Pastore à la dernière seconde (90e+3).L'homme : Maxwell en mode caviar En l'absence de Kurzawa (blessé), Maxwell était titulaire dans le couloir gauche de la défense parisienne à Metz, comme lors des trois dernières parties de L1. Profitant de la domination totale en première période, le Brésilien a pu se livrer sans modération offensivement, et a fait très mal à la défense des Grenats. Sans un énorme raté de Lucas, il aurait pu délivrer un premier centre décisif à la 24e minute. Généreux dans ses efforts, le joueur de 35 ans a insisté et a été récompensé quand son centre léché parfait a été repris de la tête par Cavani (33e), pour l'ouverture du score. C'est encore lui qui a délivré le ballon décisif sur le but du break, en servant dans le bon timing Matuidi (36e). Maxwell a ainsi porté son total à cinq passes décisives en Ligue 1 cette saison.Le fait : les mauvais choix de LucasTitulaire une seule fois lors des cinq derniers matches du PSG, Lucas était de retour dans le onze de départ, à gauche de l'attaque parisienne. Unai Emery avait ainsi laissé Javier Pastore sur le banc pour aligner le Brésilien. Alors que le PSG a immédiatement imprimé une grosse pression, Lucas s'est signalé par ses mauvais choix. A la 15e minute, il a passé en revue la défense messine, mais une fois seul face au but, a préféré centrer alors que la position de frappe était largement ouverte et plus simple.A la 24e minute, il a manqué une occasion incroyable. Sur un excellent centre de Maxwell, le Brésilien a reçu le ballon seul face au but vide, mais il l'a pris du talon au lieu d'ouvrir son pied. Un des ratés de la saison de L1. Il a ensuite mal senti le coup sur un centre fort de Di Maria (59e). Sorti à la 75e minute, Lucas a eu pour lui son activité, mais son manque de réalisme n'a pas joué en sa faveur, dans la concurrence rude pour du temps de jeu dans la ligne d'attaque parisienne.A voir : Meunier : «Une certaine suffisance»Kluivert : «C'est la loterie»Kawashima : «C'est positif»

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages