Foot - L1 - Metz - Ligue 1 : le FC Metz trouve le juste milieu

L'Equipe.fr
·2 min de lecture

Malgré l'absence de Kévin N'Doram - dont le retour est espéré en décembre - et de fréquentes rotations, l'entrejeu du FC Metz apparaît de plus en plus performant au moment où l'équipe lorraine se déplace à Nîmes ce dimanche (15 heures, 9e journée de Ligue 1).

Sur le coup, une véritable chape de plomb avait assombri l'été lorrain. Le 16 juin, juste après avoir déboursé 4,5 M€, somme significative à l'échelle du FC Metz, pour enrôler jusqu'en 2024 Kévin N'Doram (24 ans, prêté en 2019-2020 par Monaco), le club déplorait la rupture d'un tendon d'Achille du milieu défensif. Mais après « s'être posé la question » comme le confie Frédéric Antonetti, manager général redevenu entraîneur le 12 octobre, il fut décidé de ne pas recruter d'autre sentinelle, Warren Tchimbembé (22 ans, ex-Troyes, L 2), arrivé le 23 juillet, étant « un relayeur ».

lire aussi
Résultats et programme de la 9e journée de Ligue 1

Cette stratégie a été récompensée. Car l'indisponibilité de N'Doram, qui avait joué un rôle important la saison dernière et dont le retour à la compétition est espéré courant décembre, n'a pas eu de conséquence néfaste. Depuis l'entame, l'équipe lorraine a évolué dans divers systèmes, mais toujours avec un triangle au milieu et sept fois sur huit avec une pointe basse. Ce poste a été occupé avec une grande efficacité par trois joueurs différents lors des quatre dernières journées : Mamadou Fofana (22 ans), Habib Maïga (24 ans) et Vincent Pajot, forfait aujourd'hui en raison d'une gêne musculaire, mais dont l'absence pour suspension n'avait pas été trop préjudiciable à Marseille (1-1, le 26 septembre).

Pajot absent ce dimanche, une polyvalence globale précieuse
Comme Fofana est aussi un défenseur central et que les deux autres sont également des relayeurs performants, la polyvalence représente un atout non négligeable du bon fonctionnement de l'entrejeu messin. Excepté Pajot (30 ans) et en y ajoutant Angban (24 ans), « il s'agit de jeunes joueurs encore très neufs en Ligue 1, dotés d'une marge de progression importante », souligne Antonetti. L'international ivoirien Victorien Angban, justement, symbolise bien la montée en puissance du milieu lorrain. « Doué techniquement, il est en train de prendre conscience de l'importance de mettre davantage d'impact physique », se réjouit le coach.

lire aussi
Le classement de Ligue 1


Tandis que son compère chez les Éléphants Habib Maïga, impressionnant athlétiquement - « qui a besoin de courir énormément et de se projeter à l'image de son action contre Saint-Étienne (2-0, dimanche dernier), où il a centré pour provoquer un but contre son camp (d'Alpha Sissoko) » - s'affine sur le plan technique. « On doit encore progresser dans la maîtrise du jeu », pointe toutefois le perfectionniste technicien corse. « Mais c'est un véritable plaisir de diriger des joueurs avec un si bon état d'esprit ». Et cela ouvre de belles perspectives.