Foot - L1 - Metz -Lyon : avant les pétards, la souffleuse

L'Equipe.fr
Interrompu à cause de jets de pétards sur le gardien Anthony Lopes, le match Metz-Lyon du 3 décembre est rejoué ce mercredi à Saint-Symphorien. Déjà en 1995, les deux clubs avaient dû disputer à nouveau leur face-à-face. Pour une toute autre raison.

Interrompu à cause de jets de pétards sur le gardien Anthony Lopes, le match Metz-Lyon du 3 décembre est rejoué ce mercredi à Saint-Symphorien. Déjà en 1995, les deux clubs avaient dû disputer à nouveau leur face-à-face. Pour une toute autre raison.Mais où est la souffleuse ? Sous une tempête de neige, emmitouflé dans un gros manteau, Jean Tigana s'agite sur le bord de touche. Alors entraîneur de Lyon, l'ancien international tricolore fulmine. Il demande un balai pour dégager lui-même les lignes du terrain. On est à la 64e minute du match Metz – Lyon, comptant pour la 22e journée de la saison 1994-1995, et l'arbitre Rémy Harrel vient de décider d'arrêter le match. Il ne distingue plus les lignes de touche disparues sous la neige.Au grand désarroi des Lyonnais, qui mènent 2 à 1 grâce à Manuel Amoros et Florian Maurice, ni balai ni souffleuse (pourtant obligatoire sur un terrain de première division) ne sont présents au bord du stade ce 8 janvier 1995... Une souffleuse sera finalement retrouvée dans un cabanon à l'extérieur du stade. Bien plus tard.De multiples décisions...Dans un premier temps, la rencontre est donnée à rejouer, avant que la commission supérieure juridique et de discipline (CSJD) n'entérine le résultat.Mais après plusieurs appels du FC Metz et de longues semaines de contestation, le conseil fédéral décide finalement de faire rejouer le match, quatre mois plus tard, dans un contexte complètement différent.... pour un score inverséSur une pelouse cette fois-ci belle et bien verte, les deux clubs se retrouvent le 12 mai 1995 à Saint-Symphorien. Si Song ouvre la marque pour les Messins, Roy ramène Lyon au score.Les Rhodaniens vont finalement céder à la 90e minute sur un penalty transformé par Kastendeuch. 2-1, score inversé par rapport au match initial. Ce but tardif assure quasi mathématiquement le titre de champion au Nantes des Pedros, Karembeu, Makelele et autres Loko. Malgré cette défaite, les joueurs de Jean Tigana finiront la saison deuxièmes, à 10 points des Canaris mais 2 points devant le PSG. Les Messins, eux, finiront à la huitième place.

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages