Foot - L1 - Metz - Metz : Saint-Symphorien n'est plus amputé

L'Equipe.fr
Fermée depuis les jets de pétard contre Lyon, le 3 décembre, la tribune Est basse du stade Saint-Symphorien du FC Metz rouvre ce vendredi avec une sécurité renforcée, à l'occasion de la réception du SC Bastia en ouverture de la 30e journée.

Fermée depuis les jets de pétard contre Lyon, le 3 décembre, la tribune Est basse du stade Saint-Symphorien du FC Metz rouvre ce vendredi avec une sécurité renforcée, à l'occasion de la réception du SC Bastia en ouverture de la 30e journée. Deux points enlevés, finalement récupérés et sept matches sans défaite, dont six en L1 (trois succès, trois nuls). Le FC Metz n’a pas trop subi l’absence de spectateurs dans la partie basse de la tribune Est de Saint-Symphorien, close pendant plus de trois mois par le club. Une période déclenchée par les incidents du 3 décembre face à Lyon, lorsque des pétards lancés sur Anthony Lopes depuis cet endroit - où étaient massés les Ultras de la Horda Frenetik - avaient provoqué l’arrêt du match, qui sera rejoué mercredi 5 avril (19h00). «Ça nous a surtout fait drôle lors de la rencontre suivante, où toute la tribune était fermée (*), se souvient l’entraîneur lorrain, Philippe Hinschberger. Après, on s’est plus ou moins habitués, mais on était totalement otages de cette affaire, dont les stigmates restaient trop présentes. On a été plutôt performants quand même. Maintenant, on va enfin retrouver une certaine normalité.» Car la commission de sécurité, composée de représentants des autorités locales et départementales (police, pompiers), qui a travaillé avec le club, entérinera ce vendredi en fin de matinée la réouverture, à partir de ce jour, de ce secteur pouvant accueillir 3.000 personnes (sur une capacité totale de 25.500). (*) La commission de discipline de la LFP avait prononcé cette mesure pour la réception de Toulouse, en huitièmes de finale de la Coupe de la Ligue (1-1, 11-10 aux t.a.b.), le 14 décembre. Jean-François Girard, directeur du stade et de la sécurité, détaille les mesures : «1. Un filet protecteur couvrant toute la tribune sans obstruer la vision a été posé ; 2. On a mis en place une billetterie nominative, comme en tribune Ouest (où se trouvent les Ultras de Génération Grenat) ; 3. Des sièges ont été réimplantés dans la partie basse. 4. La Horda Frenetik ira désormais en partie haute.» Ses responsables, rencontrés par le club deux fois ces dernières semaines, y restent réticents. Leur banderole ne devrait donc pas apparaître ce vendredi soir lors de la réception de Bastia (19h00). Bernard Serin, le président lorrain, ne compte pas pour autant s’arrêter là : «Pour la saison prochaine, on étudie la possibilité d’implanter aux entrées des dispositifs d’identification avec un fichier biométrique. Je veux tout entreprendre pour avoir la certitude que les fauteurs de trouble soient identifiés par tous les moyens réglementaires et technologiques à disposition. C’est le seul moyen de se montrer réellement dissuasif. Je n’accepterai jamais d’être l’otage de certains individus.» C’est aussi pour ça qu’il réfléchit à l’opportunité de saisir le CNOSF – il a jusqu’à ce vendredi soir – afin d’obtenir l’annulation des trois points avec sursis qui planent toujours au- dessus du FC Metz. En attendant, 16.000 spectateurs devraient garnir Saint-Symphorien contre Bastia. Avec certains de retour en tribune Est basse, «ce sera beaucoup mieux, se réjouit le latéral droit Ivan Balliu. Ils nous encouragent sans arrêt, chantent et poussent. À chaque fois qu’on attaquait de ce côté, c’était un peu étrange que voir du vide...»

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages