Foot - L1 - Le ministère des Sports répond à Jean-Michel Aulas

L'Equipe.fr
·2 min de lecture

Au lendemain de la phrase du patron de Lyon sur le manque de soutien de l'État dans la crise actuelle, le gouvernement a tenu à rappeler les aides apportées au foot français. Voilà une déclaration qui n'est pas passée, mais alors pas du tout. Le ministère des Sports n'a pas apprécié la petite phrase de Jean-Michel Aulas dans L'Équipe de ce vendredi : « L'État, qui n'a pas fait grand-chose pour des secteurs d'activité comme l'évènementiel et le sportif, va devoir nous accompagner. » lire aussi Jean-Michel Aulas : « J'ai eu très peur » En réponse, le ministère des Sports rappelle : « Sans tenir compte des montants pris en charge par l'État pour l'activité partielle ni des Prêts garantis par l'État - par exemple l'OL en a souscrit deux en quelques mois, un de 92,6 M€ en juillet et un de 76,4 M€ en décembre dernier - les clubs de football professionnels sont déjà bénéficiaires d'au moins 75 millions d'euros pour la seule année 2020 au titre de la compensation de pertes de billetterie (en cours de décaissement par le ministère) et des exonérations de cotisations sociales », fait-on savoir au ministère. Des aides « massives et uniques en Europe » En parallèle, et sous l'impulsion du gouvernement, le plafond de 800 000 € par entreprise d'aides publiques (comprenant le fonds de solidarité, les exonérations de charges et les aides des collectivités) (*) fixé par la commission européenne, vient d'être relevé à 1,8 million d'euros. « De fait, l'ensemble des clubs professionnels et notamment ceux du football vont pouvoir bénéficier encore plus favorablement des aides mises en place par le Gouvernement, poursuit-on au sein du cabinet de Roxana Maracineanu. Il reste soucieux d'accompagner chaque secteur de l'économie. Notamment le sport professionnel comme amateur. C'était une grande attente du secteur. Le ministère des Sports rappelle que les aides au sport professionnel sont massives et uniques en Europe. » (*) L'activité partielle et le fonds de compensation de billetterie ne sont pas comptabilisés dans ce plafond puisqu'ils dépendent d'autres régimes d'aides au regard de l'encadrement européen des aides d'État. Dernier point mis en avant par les pouvoirs publics, la volonté de l'exécutif de permettre « la continuité de l'activité professionnelle des sportifs notamment avec le maintien de la Coupe de France de football sous contrôle sanitaire extrêmement strict, générant ainsi une activité fédérale importante et très attendue ainsi que des ressources propres de plusieurs dizaines de millions d'euros garanties pour le monde du football ».