Foot - L1 - Muet au Parc des Princes, le PSG a été tenu en échec par Nice

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Lionel Messi
    Lionel Messi
    Footballeur professionel international argentin

Le PSG n'a pas pu fêter le Ballon d'Or de Lionel Messi avec une victoire : Nice était trop solide (0-0).

L'hommage à Lionel Messi monté à la va-vite pour son septième Ballon d'Or n'a pas été suivi par une victoire contre Nice : au Parc des Princes, le PSG n'a pris qu'un point (0-0).

Lire aussi - Le film du match

Privés de Wijnaldum, Herrera, Paredes (absents), Verratti et Rafinha (sur le banc au coup d'envoi), les Parisiens n'ont pas maîtrisé le milieu du terrain. Souvent coupés en deux, ils ont concédé quelques grosses occasions, mais Delort a été stoppé par Kimpembé (17e) puis Donnarumma (32e). Auteur du premier tir du match, de loin à la 9e, Dolberg s'est raté, seul devant le but (voir par ailleurs).

Orphelins de Neymar (blessé à une cheville), Mbappé (à gauche) et Messi (en pointe) ont joué plus proches l'un de l'autre que d'habitude. Certaines combinaisons ont fonctionné, comme sur cette petite passe de l'Argentin pour le Français à la 64e, mais le cadre s'est dérobé. Une constante, ce soir : Paris a cadré 5 fois sur 22...

Le tournant : Dolberg touche le poteau à 1 mètre du but

Titularisé à la surprise générale à la place d'Amine Gouiri, Kasper Dolberg a manqué une immense occasion d'ouvrir le score à la 59e. A l'origine de l'action, Delort change d'aile pour trouver Boudaoui à droite de la surface. Le contrôle du Marocain est parfait et son centre aussi, bien fort dans la surface. Donnarumma et Kimpembé se gênent, manquent leur intervention : seul au deuxième poteau, le Danois est suspris. A un mètre de la ligne, il place son tir de la tête sur le poteau parisien.

Le fait : Les Aiglons ont serré les rangs

Christophe Galtier regrettait de voir que ses hommes avaient « perdu leur qualités défensives ». Au moment de se rendre au Parc des Princes, les Aiglons restaient en effet sur huit matches de suite sans clean sheet. Mais ils se sont repris, à la faveur des changements initiés par leur coach. Restant sur deux bonnes entrées contre Clermont et Metz, Morgan Schneiderlin a bien remplacé Rosario (suspendu). L'ancien joueur de Manchester United a été au niveau, comme l'ensemble du bloc défensif de l'OGCN. Compacts, présents dans les duels, ils ont bouché l'axe du terrain. La paire Dante-Todibo a régné dans la surface. Benitez a fait le reste, lorsqu'il a été sollicité. Le gardien colombien s'est imposé devant Mbappé puis Gueye (27e), mais aussi face à Di Maria et sur un tir de Nuno Mendes (51e). Du bon boulot.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles