Foot - L1 - Nice - Andy Delort, nouvel attaquant de Nice, à propos de Christophe Galtier : « Content d'être un de ses guerriers »

·4 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Présenté ce vendredi, l'ancien attaquant de Montpellier Andy Delort a expliqué que la présence sur le banc niçois de Christophe Galtier avait été déterminante. « Vous arrivez au moment où le club vient d'être sanctionné après les incidents qui ont troublé le match contre Marseille. Avez-vous l'impression d'être la bonne nouvelle au milieu des mauvaises ?
On va passer à autre chose, je suis très heureux d'être ici. Il y a peu de temps que je suis là mais tout ce que j'attendais, je l'ai aujourd'hui. Je suis très content d'avoir rejoint ce club, cette famille. lire aussi La 5e journée de Ligue 1 Vous avez été aussi approché par Marseille. Comment avez-vous fait votre choix ?
Déjà, je suis en face de vous. Mon choix a été ici, c'est sûr que c'était deux projets devant moi, j'ai pris ma décision avec ma famille aussi. Je ne le regrette pas et je suis très fier d'être ici. Dès qu'on a parlé avec Nice, on a vu qu'on avait les mêmes ambitions, le projet me plaisait. « Je remercie le président Laurent Nicollin, on s'aimait beaucoup, ça m'a fait beaucoup de mal quand je suis parti par rapport à lui, mes coéquipiers » Votre départ a suscité beaucoup de déception à Montpellier, chez les supporters et chez les dirigeants. Qu'en pensez-vous ?
Je comprends que les supporters montpelliérains aient été déçus. Après, des messages m'ont vexé car ils allaient plus loin que ce que je pensais. On dit que dans les histoires d'amour, plus il y a d'amour, plus il y a de haine, et j'ai bien compris cette phrase... Je remercie le président Laurent Nicollin, on s'aimait beaucoup, ça m'a fait beaucoup de mal quand je suis parti par rapport à lui, mes coéquipiers. Laurent Nicollin est un président exceptionnel que j'aime et estime beaucoup. lire aussi À Montpellier, Nicollin veut tourner la page Delort Quel rôle a joué Christophe Galtier dans votre venue ?
La principale raison pour laquelle je suis là aujourd'hui est le coach, qui est le meilleur entraîneur français. Il m'a donné envie de venir, et je l'ai retrouvé d'entrée sur le terrain où je côtoie aussi des joueurs de qualité. J'ai toujours aimé ce coach, et je suis content de pouvoir jouer pour lui et d'être un de ses guerriers. J'avais discuté avec lui quand il était à Saint-Etienne, ça ne s'était pas fait. Quand on jouait l'un contre l'autre, on se parlait, on a toujours eu une relation. Il va me faire énormément progresser. « J'aime être décisif, être dans le jeu, créer des espaces, des déviations, des appels » Vous avez changé d'agent et êtes représenté par son fils. Pouvez-vous éclaircir cette situation ?
(À ses côtés, le directeur du football Julien Fournier intervient)
. Cela sous-entend qu'il y aurait quelque chose de curieux. Il n'y a rien de curieux. C'est extrêmement simple, on n'a pas besoin d'une cellule de recrutement pour identifier qu'Andy Delort est l'un des meilleurs attaquants du Championnat. On avait besoin d'apporter beaucoup de concurrence avec un quatrième attaquant. Si on va sur Andy au début du mercato, il n'est pas abordable pour nous financièrement. Plus on va sur la fin, plus la fenêtre de tir s'ouvre. J'ai pris ma voiture et je me suis rendu à Montpellier, le deal s'est fait rapidement. Après, ce sont des choix personnels, il n'y a rien à éclaircir de mon point de vue. lire aussi Le classement de Ligue 1 Andy Delort : Je sors de trois belles saisons quand même... Il a tout dit, merci. Quels sont vos objectifs personnels ?
Mettre le plus de buts possible, mais je ne suis pas un attaquant qui ne fait que marquer, je fais des passes aussi. J'ai fini deuxième meilleur passeur la saison dernière. J'aime être décisif, être dans le jeu, créer des espaces, des déviations, des appels, j'aime que mon équipe marque et gagne des matches. » Christophe Galtier : « Nous avons toujours gardé le contact » « Mes premiers échanges avec Andy datent d'une époque (janvier 2017) où lors du mercato d'hiver à Saint-Etienne, j'avais appris qu'il n'était pas très heureux au Mexique. Avec l'accord de mes dirigeants, j'avais beaucoup échangé avec Andy. Ça n'avait pas été possible, mais nous avons toujours gardé le contact. Je l'ai toujours suivi depuis mais ce n'est pas difficile car il vient de faire trois saisons où il est performant. Concernant Andy et la structure avec laquelle il travaille, Score Agencies pour ne pas la citer, la structure avec laquelle je travaille aussi (où son fils est agent). Comme il y a eu quelques fois aussi, dans des effectifs, beaucoup de joueurs qui travaillaient avec une structure avec laquelle je travaillais dans le passé. Et on ne me posait pas la question. »

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles