Foot - L1 - Nice - Jean-Pierre Rivère après l'arrêt de Nice-OM : « Je n'ai pas compris la décision de nos confrères Marseillais »

·2 min de lecture

Le président niçois Jean-Pierre Rivère a réagi ce dimanche soir à l'arrêt du match entre le Gym et l'OM alors que le score était de 1-0. Il a notamment regretté la volonté des Marseillais de ne pas reprendre la rencontre, interrompue à la 77e minute. Jean-Pierre Rivère (président de l'OGC Nice après l'arrêt de la rencontre contre l'OM à la suite de l'envahissement du terrain à l'Allianz Riviera) : « C'est une déception que le match se termine comme ça. Tout le monde a vu ce qu'il s'est passé, on a eu des jets de bouteille d'eau, on ne peut pas le contester car on a pu les voir. Ce qui a mis le feu aux poudres, c'est la réaction de deux joueurs marseillais qui ont rejeté ces bouteilles et d'autres bouteilles sur la tribune de nos supporters. Après, ça s'est enchaîné avec ce que je déplore, le service de sécurité de Marseille n'a pas à intervenir sur le terrain et à frapper nos joueurs. lire aussi Les images des incidents à Nice-OM Deux joueurs ont été frappés mais ce n'est pas le débat. Le débat, c'est qu'on a fait une réunion avec le préfet, la municipalité, Pablo Longoria, moi, et l'arbitre qui était hésitant sur la reprise du match car n'était pas sûr que la sécurité était garantie. Les services lui ont garanti qu'il n'y avait pas de problème. Ils avaient identifié deux difficultés, l'envahissement du terrain qui a été contrôlé mais en tribunes visiteurs, il y a eu des projectiles lancés sur nos supporters. Ce qui est clair, c'est que tout le monde a décidé de reprendre le match. Le préfet a demandé de reprendre, les responsables du service d'ordre ont dit qu'il n'y avait pas de problématique. Je n'ai pas très bien compris la décision des Marseillais de ne pas vouloir reprendre. « Les Marseillais se sont réfugiés derrière le fait que ça s'était aussi passé à Montpellier, et qu'il fallait arrêter le match à Nice » Il restait quinze minutes et j'ai dit aux supporters que ce n'était pas admissible, ce qu'ils avaient fait au niveau des jets de bouteille, mais je leur ai dit : "garantissez-moi qu'il n'y aura pas de problèmes". Ils l'ont garanti deux fois et j'étais persuadé que le match aurait pu reprendre et que ça se passerait bien. Mais malheureusement, les Marseillais n'ont pas voulu le reprendre. Dont acte. Ils se sont réfugiés derrière le fait que ça s'était aussi passé à Montpellier, et qu'il fallait arrêter le match à Nice. » lire aussi Longoria (OM) : « On doit en faire un précédent pour le football français »

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles