Foot - L1 - Nice-OM - Christian Estrosi, le marie de Nice, dénonce « l'hystérie » de Pablo Longoria, le président de l'OM

·1 min de lecture

Déjà très dur lundi à l'égard du président de l'OM Pablo Longoria, le maire de Nice Christian Estrosi en a rajouté sur ce qu'il nomme « l'attitude inqualifiable » du dirigeant, ce mardi dans « Nice-Matin », deux jours après les incidents survenus à l'Allianz Riviera lors de Nice-OM. Il avait déjà eu des mots forts lundi, dans un tweet publié quelques heures après les graves incidents survenus la veille au cours du match entre Nice et l'OM auquel il assistait à l'Allianz Riviera. Mais ce n'était rien comparé à ceux employés par Christian Estrosi, ce mardi dans Nice-Matin. Il y dénonce une « attitude inqualifiable » du président de l'OM, Pablo Longoria. lire aussi Nice-OM, récit d'une soirée interminable Présent en tribunes, le maire de Nice dit avoir entendu « de la part du président de l'OM : des invectives à l'égard de l'arbitre, de nos joueurs, des invectives que nous pouvions prendre pour nous-mêmes, des hurlements permanents ; une attitude agressive, violente, détestable ». « Vers la fin du match, nous avons senti une sorte de montée dans les tours avec, en bas, un coach qui semblait pousser ses joueurs à la provocation permanente », a ajouté Estrosi, en référence à Jorge Sampaoli, l'entraîneur olympien, qu'il n'épargne pas. Christian Estrosi, maire de Nice « Le président de l'OM a eu des gestes et des mots extrêmement violents et d'une vulgarité inqualifiable » Mais pour l'édile, c'est surtout « l'hystérie » de Longoria qu'il ne digère pas. Ce dernier en serait presque venu aux mains avec son homologue niçois Jean-Pierre Rivère, au point que José Cobos, également présent au stade, soit obligé de les séparer. « Le président de l'OM s'est comporté comme personne n'a le droit de le faire dans une tribune présidentielle, a estimé Estrosi. Il avait même des gestes et des mots extrêmement violents et d'une vulgarité inqualifiable. Y compris à l'égard de l'épouse du président Rivère. Avant de provoquer, en bas, disons-le, un début de bagarre. » Si le maire de Nice reconnait que les supporters du Gym ayant jeté des bouteilles tout le match sur les joueurs de l'OM ont eu « un comportement inadmissible », il affirme regretter également la réaction de Dimitri Payet, « qui a mis le feu aux poudres », selon lui. Pour Estrosi, « un président, un coach, un joueur professionnel doivent, en toutes circonstances, garder leur sang-froid et rester dignes. » lire aussi À Nice, des ultras influents et en lien étroit avec la direction

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles