Foot - L1 - OM - André Villas-Boas, avant OM-OL : « Il ne faudra pas perdre la tête »

L'Equipe.fr
L’Equipe

L'entraîneur de l'OM André-Villas Boas veut privilégier l'approche sportive aux aspects sulfureux du match face à l'OL, dimanche soir (21 heures), en clôture de la 13e journée de Ligue 1. « Est-ce un match décisif pour la suite de la saison ?
On est encore au début de la saison. Le classement est comme il est, toutes les équipes sont en course. C'est une chance pour nous de mettre un rival direct un peu plus loin de ses objectifs, et de se rapprocher des nôtres. Mais la journée suivante, on se déplace à Toulouse (le 24 novembre), et ainsi de suite. Il y a encore trop de matches à jouer. Après, c'est une rencontre intéressante, ils ont les mêmes ambitions que nous, ils jouent souvent la Ligue des champions. On veut gagner. On a fait un très bon match contre un autre rival, Lille(2-1, le 2 novembre), on veut enchaîner contre un rival direct. C'est important pour la confiance. Cela peut donner un boost à tout le monde après les résultats négatifs au mois d'octobre (trois défaites et une victoire toutes compétitions confondues). Vous aurez en face un entraîneur qui connaît bien votre équipe...
On ne va pas transformer cette opposition entre Marseille et Lyon en une opposition entre Villas-Boas et Garcia. Je ne le connais pas, on s'est juste croisés à un meeting UEFA ou deux. Je sens que l'importance d'OM-Lyon va surpasser l'importance d'un duel entre deux coaches. Pour l'histoire que Rudi a laissée ici, pour le fait qu'il soit passé chez un rival, il y a toujours des bruits, des rumeurs qui circulent autour de ce match. Mais je ne peux pas me mettre dans une position de critiquer ou de faire des comparaisons. Cela peut être une erreur de laisser ce type de dimension prendre le dessus, on peut l'utiliser en source de motivation, mais si on commence à perdre notre tête, ça peut devenir dangereux. On doit être équilibrés, bien organisés, pour gagner, comme contre Lille. Après, marquer deux buts avec un tir cadré, c'est bien, mais ce n'est pas la situation idéale. Dimitri Payet (OM) règle ses comptes avec Rudi Garcia (OL) L'atmosphère promet d'être spéciale...
C'est l'organisation de l'équipe qui va compter. Mais quand le Vélodrome pousse, ça peut aider à faire la différence. Les spectateurs vont assurer le spectacle, créer une ambiance d'intimidation, c'est toujours bien. Après, c'est la qualité des joueurs qui fait la différence. Sur l'aspect de la motivation, je pense qu'on va être là, j'espère qu'on sera capables de mettre en place notre jeu comme face à Lille. Si ça se passe comme ça, on aura une grande chance de gagner. Léo Dubois : « Faire abstraction de ce qui passera autour » d'OM-OL « Jean Michel-Aulas était là avant que je sois né » Quand vous voyez l'OL à l'aise en Ligue des champions, comme face à Benfica (3-1), ne craignez-vous pas que l'OM boxe dans une catégorie inférieure ?
L'OL a une régularité historique et une stabilité que l'on n'a pas encore trouvées à Marseille. Jean-Michel Aulas était là avant que je sois né (Villas-Boas avait dix ans quand Aulas est devenu président du club lyonnais, en 1987). Tu as eu ici Louis-Dreyfus, Labrune, McCourt... Pouvez-vous faire un point sur le groupe ?
Sakai (suspendu) a eu quelques jours de repos avant de partir avec la sélection du Japon. Tout le monde est disponible. Que pensez-vous de l'adversaire lyonnais ? En sachant qu'ils ont deux absents importants (Tousart et Depay)...
J'attends d'en savoir plus sur l'absence de Depay, il est toujours convoqué avec les Pays-Bas. Après tous les petits trucs qu'Amiens a utilisés contre nous, avec une multitude d'absents qui reviennent in extremis sur la feuille de match, j'attends un peu ! Les premières minutes vont être intenses. J'espère que l'émotion ne va pas surpasser la qualité du match. Parfois, un match comme ça devient horrible à regarder. Il faudra mettre de l'émotion dans le jeu mais ne pas perdre la tête. Face à Lille, l'OM a-t-il retrouvé une intensité qui lui a parfois fait défaut ?
Je ne suis pas d'accord avec cela. À Monaco(1-2, en seizièmes de finale de la Coupe de la Ligue), oui. Amiens(1-3) a été meilleur que nous. À Dijon(0-0), on n'a pas bien joué au foot. Mais lors des autres matches, on a mis ce type d'intensité, on a cette capacité. L'intensité, on l'a quand on veut. On a déjà fait des bons matches cette saison et des mauvais matches. On a souvent une mi-temps meilleure que l'autre, ça c'est vrai. Contre Lille, face à une équipe expérimentée, on a eu deux jours d'intervalle (après l'élimination en Coupe de la Ligue) alors qu'eux ont eu la semaine pour se préparer. On est prêts. C'est bon pour les gars, j'espère qu'ils pourront confirmer. « Sur l'aspect émotionnel, c'est un match important. Sur l'aspect du classement, pas encore » Est-ce important d'avoir un match référence et de se détacher en Championnat ?
Je serais d'accord si le classement était différent. Mais il est comme il est. Si on perd trois points, et je ne l'espère pas, il sera toujours possible de tenir nos objectifs, pareil pour Lyon. On verra en mars, on regardera le calendrier, les matches qu'il nous reste, quand il faudra absolument prendre des points pour le podium. Sur l'aspect émotionnel, c'est un match important. Sur l'aspect du classement, pas encore. Il faut trouver de la régularité dans les résultats, on la cherche, un peu comme toutes les équipes du Championnat d'ailleurs. Le classement de la Ligue 1 Allez-vous reconduire Boubacar Kamara en sentinelle dimanche ?
Cela a bien fonctionné contre Lille. J'espère qu'il est capable de continuer comme ça. Évidemment, contre Toulouse, avec la suspension de Caleta-Car, on devra bricoler et il retournera sur son poste préférentiel. Il est très clair avec le poste qu'il préfère. C'est une chose toujours importante. La motivation des joueurs pour évoluer à un poste est décisive. Il a le droit de donner son opinion, tu entends bien que sa motivation à ce poste peut avoir des limites, que tu dois utiliser à bon escient. C'est un peu la même chose qu'avec David Luiz, qui joue bien au milieu, mais reste un grand central, qui sort bien avec le ballon, qui anticipe, qui joue bien la profondeur. Ce sera plus un sujet temporaire qu'une solution définitive. Je n'ai pas perdu ma confiance en Kevin (Strootman). Comment expliquez-vous une animation offensive maigrelette (aucun but dans le jeu sur les quatre dernières rencontres) et l'isolement relatif de Dario Benedetto ?
Quand Dim'(Payet) lève la tête, il est capable de mettre en place des choses pour Dario, ce sont des points qu'on travaille. Je ne suis pas inquiet. Cette équipe doit trouver une façon de plus tirer au but, de mieux cadrer aussi. Les centres, je ne dis pas, on y arrive, mais j'attends plus de percussions centrales. Nos défauts offensifs sont liés à la créativité dans le dernier geste, on doit avoir plus de capacités de dribble. Actuellement, on est plutôt dans des combinaisons, des petites passes, cela manque un peu d'agressivité offensive, de un contre un. Nous sommes plus une équipe d'association que de dribbles, à l'exception de Payet. » Le calendrier et les résultats

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

À lire aussi