Foot - L1 - OM - André Villas-Boas (OM) et l'allusion masquée à Christophe Galtier (LOSC)

L'Equipe.fr
·3 min de lecture

En taclant gentiment les « amis de Di Meco », l'entraîneur marseillais a fait référence aux ambitions de Christophe Galtier, qui rêve de diriger un jour le club olympien. AVB suit décidément le LOSC de près. Après avoir souvent utilisé l'exemple de l'attaquant nordiste Jonathan David, qui n'a toujours pas marqué sous ses nouvelles couleurs, pour défendre Dario Benedetto (sur le mode ''pourquoi critiquez-vous l'un et pas l'autre ?''), l'entraîneur marseillais a évoqué, sans le nommer et sans agressivité, Christophe Galtier. Il a fait référence à la tirade d'Eric Di Meco, accablé lors de la seconde période de Porto-OM et qui s'est exclamé mardi soir : « J'embrasse Julien Benneteau, il y a Charles Biétry qui me dit qu'il restera jusqu'au bout, Christophe Galtier aussi, mais lui c'est normal il est marseillais. Il y a même notre Jérôme Rothen qui m'a dit qu'il ne nous lâcherait pas, mais je me demande s'il me chambre pas. » lire aussi Éric Di Meco, après la défaite de l'OM à Porto : « Ça a dérapé » Interrogé en conférence de presse, ce jeudi en début d'après-midi, sur l'après-déroute et la façon dont il la digère, AVB a spontanément cité « les amis de Di Meco, les textos de Di Meco, les entraîneurs des autres clubs qui veulent venir ici... Ce n'est pas pour ça qu'on va s'arrêter de travailler, on sait très bien qu'on n'est pas à la hauteur du club. » Invité à s'étendre sur le sujet, il a dit à propos de Di Meco et de ses « amis » : « Je l'aime bien, sa façon de commenter est viscérale. Mais les excités peuvent se calmer un peu et les autres entraîneurs qui veulent venir ici doivent se calmer. Ils vont devoir attendre. Cela va arriver à la fin, mais à eux de se concentrer sur leur club. Ils entraînent des clubs en concurrence avec l'OM, mais ils parlent tout le temps de l'OM ! Tout le monde a des rêves, moi aussi... » André Villas-Boas, à propos d'Eric Di Meco « Je l'aime bien, sa façon de commenter est viscérale. Mais les excités peuvent se calmer un peu et les autres entraîneurs qui veulent venir ici doivent se calmer » Dommage collatéral de la diatribe de Di Meco, Galtier, ancien joueur et entraîneur-adjoint de l'OM, a régulièrement évoqué un destin marseillais depuis qu'il dirige des équipes avec succès (Saint-Etienne et Lille). En juin, on lui posait la question à 1000 euros au « CFC » (''Est-ce qu'un jour, tu voudrais entraîner l'OM'' ?) et Galtier répondait : « En tant que marseillais, je vous réponds oui. Mais on n'entraîne pas l'OM dans n'importe quelles conditions. Je pense qu'il faut être armé et en pleine forme. Mais c'est un club qui ne laisse personne insensible. J'aimerais entraîner Marseille mais ce n'est pas d'actualité parce que je suis vraiment très épanoui dans le projet lillois. »
lire aussi André Villas-Boas après la défaite à Porto : « On fait de la merde » Il plaît depuis longtemps au président Jacques-Henri Eyraud, et un membre du club olympien avait sondé son entourage en mai dernier, alors qu'AVB était tout proche d'un départ. La situation avait causé un bel imbroglio à Lille. A titre personnel, Villas-Boas n'a aucune acrimonie pour son confrère, aucun grief, et si l'on parle de Lille, il semble surtout peu fan de Luis Campos, le conseiller du président Lopez, qui appartient à la constellation Jorge Mendes. Constellation dont il s'est éloigné il y a bien longtemps, se coupant notamment de José Mourinho, un de ses mentors dans la profession.