Foot - L1 - OM - Billetterie : l'OM propose un avoir, un don ou un remboursement différé

L'Equipe.fr
L’Equipe

Le club marseillais a dévoilé lundi son plan pour rembourser les abonnés et les acquéreurs de billets qui n'ont pas pu assister aux derniers matches de la saison annulés par la pandémie de Covid-19. Un avoir, un remboursement différé ou un don au club. Ce sont les trois solutions que l'OM propose lundi à ses 33 000 abonnés et aux spectateurs qui avaient déjà acheté un ticket pour une des cinq dernières rencontres de la saison au Vélodrome, annulées par la pandémie de Covid-19. Selon le plan proposé par l'Olympique de Marseille, l'avoir proposé est valable 18 mois. Il correspond à la valeur de leurs billets ou au prorata de leur abonnement sur les cinq rencontres à domicile non disputées (PSG, Dijon, Nice, Monaco et Metz). L'avoir vaut pour une prestation équivalente, donc un match de Ligue 1, et pas de Ligue des champions, pour laquelle l'OM est qualifié. Les spectateurs de compétitions annulées se verront proposer un avoir Les autorités n'ont pas encore décidé si les matches pourront accueillir des spectateurs la saison prochaine ou seront disputés à huis clos, mais le délai de dix-huit mois rend l'avoir valable jusqu'à la première moitié de la saison 2021-2022. Les supporters peuvent enfin renoncer à se faire rembourser pour aider le club, touché financièrement par les conséquences de la pandémie. Dans ce cas, le club s'engage à reverser 20 % de la somme à la fondation OM. S'ils renoncent à ces deux possibilités, les spectateurs pourront récupérer leur argent au bout des dix-huit mois, délai fixé par une ordonnance du ministère des Sports sur les avoirs de billetterie et abonnements, adoptée pour aider les secteurs du sport et de la culture et ne pas vider les trésoreries déjà durement affectées par la crise sanitaire. Les abonnés de l'OM et détenteurs de billets recevront un courriel du club dans la semaine du 25 mai pour leur indiquer la procédure à suivre.

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

À lire aussi