Foot - L1 - OM - Jorge Sampaoli, l'entraîneur de l'OM : « La victoire contre Nantes m'a plu, celle contre Troyes m'a inquiété »

·5 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Une victoire avec la manière à Nantes (1-0, mercredi) : Jorge Sampaoli, l'entraîneur de l'OM, est content que son équipe ait enfin reproduit à la Beaujoire le jeu qu'il prône, avant la réception de Brest (samedi, 17 heures). L'OM, deuxième du classement, reste sur deux victoires en Ligue 1 avant de recevoir Brest ce samedi à 17 heures. Jorge Sampaoli est heureux que les succès s'enchaînent mais le plus important, pour lui, reste le projet de jeu. Et contre Nantes, le visage montré par son équipe a énormément plu au technicien argentin. lire aussi Le classement de la Ligue 1 « Avec deux victoires d'affilée en Ligue 1, peut-on dire que la confiance est revenue ?
La confiance extérieure est liée aux résultats. Ça détermine des jugements de valeur. À l'intérieur, pour moi, la victoire face à Troyes (1-0, dimanche) n'est pas pareille que celle contre Nantes (1-0, mercredi) dans un Championnat qu'on sait rapide, physique et technique. Je préfère cette victoire face à Nantes, où on a vu une très bonne capacité collective. J'espère que c'est un nouveau point de départ pour notre projet et qu'on répétera ça sur le long terme. La victoire face à Troyes m'inquiétait, celle face à Nantes m'a donné beaucoup d'espoir. Il faut continuer de s'améliorer régulièrement. Jorge Sampaoli, entraîneur de l'OM « On est construit pour gagner d'une seule façon, en contrôlant le match » Notre projet est basé sur une seule façon de jouer. J'ai beaucoup appris ces derniers temps sur ce football en France. Mais on a nos convictions. On ne peut pas dire après une défaite qu'on est des perdants, ça ne marche pas comme ça. Je ne tombe pas dans l'euphorie non plus. On va souffrir. On est construit pour gagner d'une seule façon, en contrôlant le match. On se concentre sur ce point avec le staff. C'est différent du football de transition qui se pratique ici et que je ne critique pas. Nous, il ne faut pas qu'on perde le chemin. Et je me dois de lutter contre le pessimisme ou l'euphorie d'ailleurs. Un débat surgit en ce moment : l'OM serait meilleur sans Milik. Y a-t-il vraiment deux façons de jouer, avec ou sans le Polonais ?
Oui, mais ce n'est pas particulièrement lié à Milik mais aux caractéristiques d'un avant-centre qui a des capacités différentes à ce que peut offrir Payet en 9. Payet est un milieu offensif qui nous aide à évoluer un peu plus haut sur le terrain. À chaque fois que la balle passe par lui et qu'il la transmet à un coéquipier, c'est à une hauteur plus importante. lire aussi Calendrier et résultats de la Ligue 1 Le volume offensif de l'équipe est plus important. On est plus proche du but et on peut récupérer le ballon plus haut aussi. C'est peut-être plus simple aussi pour lui de jouer comme ça, avec des joueurs qui lui ressemblent. Pour Milik, son absence lors de la préparation lui a fait perdre cette continuité dans le développement collectif de l'équipe. On doit essayer de lui faire retrouver ça pour ne pas y perdre dans le jeu quand on joue avec un neuf pur. Gerson est apparu soulagé après son but à Nantes. Est-ce qu'il a souffert des critiques et est-il plus à l'aise plus haut ?
On a vu un Gerson différent dans sa carrière. Plus proche de la surface ou plus loin lors de son passage au Brésil. Pour moi, le mieux est qu'il soit plus proche du but pour entretenir une meilleure relation avec les joueurs offensifs. Et il est plus déterminant à cet endroit, on l'a pensé dès son arrivée. Concernant son état d'esprit, il faut répondre sur le terrain, c'est ce que je dis tout le temps. Dans le foot, on est toujours observé, analysé. Les critiques, il faut les accepter, sinon c'est très difficile. lire aussi Les notes de Nantes-OM : le réveil de Gerson Jorge Sampaoli, entraîneur de l'OM « Jordan (Amavi), ou d'autres, a le droit de chercher une porte de sortie et l'entraîneur a aussi le droit de le penser » Jordan Amavi a prolongé l'été dernier (jusqu'en 2025) et joue très peu (2 matches). Pourquoi ?
C'est une situation particulière pour Jordan Amavi. La saison dernière, avec ses blessures, on n'a pas pu l'évaluer. C'est un latéral linéaire, qui fait des allers-retours. Cette saison, il a des problèmes avec notre système et notre façon de jouer. En troisième défenseur central ou en latéral hybride, ça ne s'est pas bien passé pour lui. Jordan, ou d'autres, a le droit de chercher une porte de sortie et l'entraîneur a aussi le droit de le penser. L'important pour un entraîneur, c'est de faire progresser un joueur, c'est sa responsabilité. S'il n'y arrive pas, peut être qu'une autre équipe pourra le faire. On va voir ce qu'il se passe dans un mois pour Jordan ou d'autres qui ne se sont pas trop adaptés au projet. Mon idée, c'est que quand je partirai, l'OM soit bien meilleur que quand je l'ai repris. Il y aura du travail, des erreurs, mais j'ai des convictions. »

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles