Foot - L1 - OM - Le maire de Marseille presse l'OM de retirer sa mise en demeure aux associations de supporters

L'Equipe.fr
·2 min de lecture

Benoît Payan, le maire de Marseille, prend à nouveau parti pour les associations de supporters de l'OM, menacées par la direction de voir résilier la convention qui les lie au club. « On ne discute pas avec les gens avec un bâton à la main », dit-il à « La Provence », samedi. Benoît Payan, le maire (PS) de Marseille, presse Jacques-Henri Eyraud, le président de l'OM, « d'arrêter de mettre de l'huile sur le feu, de mettre tout le monde autour de la table et surtout de retirer cette mise en demeure » adressée lundi aux associations de supporters du club par son directeur général, Hugues Ouvrard, qui menace de résilier la convention qui les lie à l'OM en raison des incidents du centre d'entraînement, le 30 janvier. lire aussi Pourquoi l'OM a adressé une mise en demeure eux associations de supporters « On ne discute pas avec les gens avec un bâton à la main » « On ne peut pas punir des dizaines de milliers de supporters parce qu'une dizaine d'excités, de fous furieux, ont saccagé la Commanderie », estime l'élu dans un entretien à La Provence, qui reprend samedi dans ses colonnes les déclarations diffusées sur le site du journal. « Sans le retrait de la mise en demeure, il ne peut pas y avoir de discussion. On ne discute pas avec les gens avec un bâton à la main », tacle-t-il. Avant de menacer : « S'il (JHE) ne prend pas ses responsabilités, je prendrai attache avec l'actionnaire principal (Frank McCourt) et je mettrai tout le monde autour de la table [...] (L'OM) n'est pas la propriété de la Ville de Marseille, mais fait partie de l'âme de cette ville. Je ne laisserai personne, président ou pas président, couper le club en morceaux. » lire aussi Roxana Maracineanu va parler avec Jacques-Henry Eyraud Le Vélodrome serait vendu à l'OM et à personne d'autre À propos de la vente du Vélodrome qu'il avait évoquée début février, Benoît Payan a précisé samedi qu'il ne vendrait le stade qu'à l'OM et à personne d'autre. « Mon acquéreur est identifié. Ce sera l'Olympique de Marseille, quand les choses iront mieux. Je ne vais pas vendre le stade à Qatar Airways ou à Panzani. Le stade ne peut appartenir qu'à la ville, à la métropole ou à l'Olympique de Marseille », a-t-il dit à La Provence. Selon lui, l'équipement coûte trop d'argent aux contribuables marseillais.