Foot - L1 - OM - Nasser Larguet (OM) : « Nul n'est indispensable »

L'Equipe.fr
·4 min de lecture

À la veille d'un déplacement à Nantes, l'entraîneur marseillais Nasser Larguet a fait le point sur son groupe et ses ambitions. Il devrait se passer de Milik, toujours en délicatesse avec sa cuisse. « Au début de votre intérim, vous aviez parlé de vos modèles dans le métier d'entraîneur, et Antoine Kombouaré en faisait partie. Ce samedi, vous le retrouverez à la Beaujoire...
C'est d'abord un plaisir de le revoir, je mets l'humain au-dessus de tout. Il était l'entraîneur de l'équipe première de Strasbourg (2003-2005) quand j'étais responsable du centre de formation. On a eu la chance de passer le DEPF ensemble ensuite, on a fait des séances de révision communes. Après, c'est un adversaire, qu'il faudra aller chercher. Il vient d'être nommé à la tête du FC Nantes, il a eu sa victoire contre Angers, on va l'affronter avec l'intime conviction qu'il faut aller chercher un résultat pour confirmer le succès face à Nice. Nous, on ne change pas notre vision du jeu, notre capacité d'aller de l'avant. Cela va être compliqué, c'est à l'extérieur. Antoine a une vocation de faire jouer ses équipes en bloc, il n'y aura pas beaucoup d'espaces, à nous de les créer, de trouver les options pour débloquer la situation. Pouvez-vous faire un petit point sur Arek Milik, qui a eu une petite alerte à l'entraînement jeudi ?
Arek, j'ai envie de l'avoir à 100 % de ses capacités physiques. Même si lui voudrait revenir et jouer avec nous, je préfère qu'on le ménage. « S'il faut attendre deux, trois matches, j'attendrai, si c'est jusqu'à la fin de la saison, je le ferai, je suis au service du club » Mercredi, vous avez fait des choix forts dans votre composition d'équipe. Sont-ils ponctuels, dictés par les petits pépins du moment, ou peuvent-ils être reconduits ?
Ce sont des choix assumés, qu'on peut reconduire. On montre qu'on a un effectif intéressant, au sein duquel on doit installer une concurrence. Je le répète encore : nul n'est indispensable. Mais on a besoin de tous, avec une grande solidarité entre eux. Chacun a le droit d'avoir sa chance. On l'a vu avec Bamba (Dieng), Saîf-Eddine (Khaoui), Luis Henrique, ce sont des garçons qui peuvent faire bouger les lignes. Ils ont marqué beaucoup de points sur ce match-là. Aux joueurs de me mettre en difficulté au niveau des choix. Cela peut être un casse-tête, mais un casse-tête agréable. Beaucoup d'observateurs pensent que vous pourriez finir la saison. Qu'est-ce que vous en pensez ?
Je reste fidèle à ce que j'ai dit dès le départ, je reste jusqu'à ce que le club ait trouvé un accord avec l'un des entraîneurs avec lesquels il est en contact. S'il faut attendre deux, trois matches, j'attendrai, si c'est jusqu'à la fin de la saison, je le ferai, je suis au service du club. Cela ne me perturbe nullement. Quand on s'entraîne avec les pros l'après-midi, je suis au centre de formation le matin. lire aussi Khaoui (OM) après la victoire contre Nice : « Notre match référence pour la suite » Ressentez-vous plus d'insouciance dans votre groupe après la victoire face à Nice ?
Plutôt beaucoup de concentration, de responsabilités. C'est bien beau de gagner ce match, mais si on n'enchaîne pas sur des victoires... Cela donne un capital confiance, mais on l'a vu sur la seconde période, on n'était pas autant en confiance, on a eu quelques ratés, on a réédité l'erreur de Lens (deux buts encaissés dans ce deuxième acte, ndlr), je leur ai dit que ce n'était pas normal de se faire piéger encore. Quand on est pros, on peut se faire surprendre une fois, mais pas deux. Pensez-vous que l'objectif raisonnable de l'OM cette saison est une qualification en Ligue Europa ?
En tant que technicien, oui, c'est notre objectif. On a montré qu'on était capables, malgré la série négative, de revenir à la sixième place, avec encore un match en retard qui peut nous propulser dans le Top 5. Si on est autant concentrés, si on continue de progresser dans la maîtrise collective, à la fois sur le plan défensif que sur le plan offensif, l'équipe a son mot à dire. Je leur ai dit hier (jeudi) qu'ils étaient dans la normalité, que cette place était conforme à leur statut, qu'ils peuvent aller encore plus haut. » lire aussi Des personnalités défendent leur OM face aux projets de la direction