Foot - L1 - OM - Nasser Larguet (OM) : « La motivation des joueurs sera naturelle » contre le PSG

L'Equipe.fr
·4 min de lecture

Nasser Larguet, entraîneur par intérim de l'OM après le départ d'André Villas-Boas, a expliqué ce vendredi que ses joueurs devaient « vibrer », à l'occasion du Classique face au PSG, dimanche (21 heures). Des dizaines de policiers aux aguets, des « golgoths » aux muscles épais d'une entreprise de sécurité privée, des camionnettes qui déposent des barbelés pour rafistoler les palissades de protection... On ne sait pas trop si l'on pénètre dans une ambassade en Libye ou dans le centre d'entraînement de l'OM. Steve Mandanda descend de sa voiture et s'adresse aux suiveurs en souriant : « C'est trop calme, là ! » lire aussi Mandanda appelle à « l'apaisement En conférence de presse, le capitaine espère renouer le dialogue avec les supporters et explique posément : « On voit tous les policiers devant, on peut se poser des questions. L'idée est que tous les policiers ne soient plus là pour nous, parce que le climat est devenu plus serein. » Nasser Larguet, directeur du centre de formation et entraîneur par intérim, lui a succédé sur l'estrade. lire aussi La 24e journée de Ligue 1 « M. Larguet, quel travail avez-vous pu mettre en place en si peu de temps ?
Pour le match de Lens (2-2, mercredi),je n'ai pas travaillé avec eux, l'ancienne équipe avait préparé la veille avec les joueurs. C'était plutôt un discours, revenir sur des fondamentaux, les mettre à la fois devant leur responsabilité, mais aussi leur donner confiance. Il fallait qu'ils mettent leurs qualités au profit de l'équipe. Mon discours a été simple, je leur ai expliqué que je comprenais tout à fait la situation dans laquelle ils étaient, moralement, mentalement. Je leur ai demandé de prendre leurs responsabilités car, sur les cinq derniers matches, on restait sur un nul et quatre défaites. Les défaites, ce ne sont pas les supporters qui sont sur le terrain, mais eux. Il ne fallait pas se reposer sur qui que ce soit, mais aller chercher le résultat, collectivement, avec beaucoup de sérénité, sans excitation. Ce sont les mots qui me sont venus pour mobiliser les joueurs. « Psychologiquement, physiquement, les joueurs ont été secoués, il y a eu des événements assez durs. À l'entraînement, et dans le discours, j'essaye d'être proche d'eux » Et tactiquement ?
Ce vendredi matin, au niveau de l'entraînement, on a essayé de régler quelques problématiques que l'on retrouve en constance dans les matches, que ce soit sur les coups de pied arrêtés, ou les centres des adversaires. Pour la répartition des tâches dans le staff, j'ai la chance d'avoir un ancien attaquant (Philippe Anziani) et un ancien défenseur (Maxence Flachez), je leur demande à travers les entraînements et les matches d'observer les attitudes sur le terrain. Et puis, beaucoup d'analyses vidéo, sortir les éléments importants pour constituer les équipes, corriger les erreurs, mais aussi montrer les bonnes choses de nos joueurs. lire aussi Le classement de Ligue 1 Quel est votre état d'esprit général à quelques heures du Classique ?
Mon état d'esprit est le même qu'avec les jeunes. Certes, la situation est particulière, c'est un honneur de côtoyer ces joueurs à l'entraînement. Mais on fait le même métier, ce métier de terrain qu'est le football. Je suis un formateur dans l'âme, j'aime être au service des jeunes, je n'ai aucune ambition de médiatisation ou autre, par rapport à ce match ou les suivants. Sans dénigrer ce que je vis aujourd'hui, non plus, c'est du pur bonheur. J'aborde ce match contre le Paris-SG comme un match particulier, c'est le Classique. Il faudra faire une bonne prestation, les joueurs doivent vibrer et ceux qui nous regardent à la télé aussi. La motivation des joueurs sera naturelle. C'est notre Champion's League en Championnat. Sur la première période que l'on a faite à Lens, on a vu une équipe généreuse, une équipe qui avance, une équipe qui est joueuse, une équipe complémentaire sur pas mal d'actions. On a vu de la complicité, par exemple sur le second but suite au coup franc, avec la remise de Germain, la reprise d'Alvaro qui se retrouve dans les 16,50 mètres, puis le renard des surfaces Milik qui marque... J'ai envie de retrouver ses mêmes sensations sur le match face au Paris-SG. Si on les retrouve, il peut y avoir une belle série derrière. lire aussi Samia Ghali : « Si un repreneur veut acheter le stade Vélodrome... » Après tous les événements récents, vos joueurs sont-ils prêts, psychologiquement, pour la réception du Paris-SG ?
Psychologiquement, physiquement, ils ont été secoués, il y a eu des événements assez durs. À l'entraînement, et dans le discours, j'essaye d'être proche d'eux. Je sens chez eux une grande motivation pour les prochaines échéances, pas seulement le Paris-SG. Ils sont très professionnels et focus sur ce qui les attend sur le terrain ».