Foot - L1 - Philippe Kalt à propos de Saint-Étienne-Montpellier 2013 : « Il fallait aller au bout »

L'Equipe.fr
L’Equipe

Philippe Kalt, l'arbitre du match entre Saint-Étienne et Montpellier (4-1), le 9 février 2013, s'explique sur sa décision de reprendre le cours de la rencontre, en dépit des circonstances et de la tempête de Neige.« Quelle image vous revient à l'évocation de ce Saint-Étienne - Montpellier ? Un son ! Pendant que tout le banc de Saint-Étienne balayait la pelouse, le speaker a mis la musique des Bronzés font du ski ! J'ai dû me retenir pour ne pas rire, c'était exceptionnel !Ligue 1 : 2003, quand Saint-Étienne jouait les déneigeurs pour écraser MontpellierPourquoi avoir interrompu le match à la 64e minutes, à 3-1 pour les Verts ? Au niveau visibilité, c'était Fort Alamo. On n'y voyait plus rien avec ces gros flocons. À ce moment, je savais que si le match ne reprenait pas et qu'il était rejoué, on repartait à 0-0. Et là, je me suis dit : "C'est quand même pas juste sportivement..." Est-ce que j'avais raison ou tort ? C'est la sécurité des joueurs qui doit toujours guider les arbitres, et je me suis dit que si les conditions le permettaient, il fallait aller au bout sinon on risquait de tronquer la philosophie de ce match.Comment ont réagi les coaches ? Christophe Galtier (ex entraîneur de l'ASSE) était à 500 % avec moi, et René Girard à 500 % contre moi ! Et c'est vrai que si je me mets à la place de Girard, j'aurais réagi de la même façon. Il m'a mis une pression terrible sur le thème: " S'il y a une blessure, vous serez responsable !" Il était dans son rôle. Galtier aussi. Ils se sont chambrés, il y a eu quelques passes d'arme, mais rien qui dépasse l'entendement.Comment avez-vous réagi en voyant le ballet des raclettes ? On se croyait dans un autre monde, en plein rêve éveillé. Galtier balançait des boules de neige sur Girard, c'était comique.Et quand vous avez repris, c'était jouable ? J'avais demandé aux joueurs de se faire des passes, moi-même j'ai fait des courses, des dérapages pour voir si la stabilité était assurée. On tenait très bien. Et comme la météo s'était calmée, on était allés au bout de l'interruption possible et on était repartis.J'ai l'intime conviction que les conditions de jeu étaient, non pas normales, mais jouables. On ne peut pas dire que le fait d'avoir repris ait faussé le résultat. Je n'ai pas fait preuve d'inconscience. Si le terrain avait été un élément perturbateur au point de rendre ce match carnavalesque, je l'aurais arrêté. Là, on a réussi tant bien que mal à faire respecter l'équité sportive. »

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

À lire aussi