Foot - L1 - Pourquoi Lille risque gros après l'envahissement de terrain de ses supporters

L'Equipe.fr
L’Equipe
« <i>Frapper fort, agir vite et ensemble</i> », a réclamé l'UNFP, syndicat des joueurs professionnels, après les graves incidents qui ont émaillé le match Lille-Montpellier samedi soir.

Foot - L1 - Lille - Incidents de Lille : «Frapper fort, agir vite» réclame l'UNFP

« Frapper fort, agir vite et ensemble », a réclamé l'UNFP, syndicat des joueurs professionnels, après les graves incidents qui ont émaillé le match Lille-Montpellier samedi soir.

Les débordements des supporters lillois, ce samedi à l'issue du match nul entre le Losc et Montpellier (1-1), pourraient aboutir à de lourdes sanctions. Voici les derniers exemples en date.Après les incidents survenus ce samedi au stade Pierre-Mauroy, au terme du match entre Lille et Montpellier (1-1), le Losc s'expose à de lourdes sanctions. Dans l'histoire récente, deux situations à peu près similaires se sont produites en Ligue 1, à chaque fois implicant le club de Bastia.Des matches sur terrain neutre pour BastiaLe 16 avril 2017, des débordements avaient entraîné l'interruption de la rencontre contre Lyon, à Furiani. Avant le coup d'envoi, une cinquantaine de supporters corses avait pénétré sur la pelouse pour s'en prendre violemment à une partie de l'équipe rhodanienne et son staff. Ce qui est différent de l'envahissement de terrain à Lille, où les supporters ont frappé leurs propres joueurs.À la suite de quoi, le Sporting s'était vu sanctionné d'un match perdu sur tapis vert, ainsi que deux rencontres à jouer sur terrain neutre et à huis clos, après un premier match de suspension de son enceinte à titre conservatoire.Du huis clos pour NiceLe 18 octobre 2014 également, le déplacement de Bastia à Nice s'était conclu par des incidents sur la pelouse et par une bagarre avec les fans azuréens. Ces derniers s'en étaient pris à des joueurs corses (Modesto et Romaric), parmi lesquels Jean-Louis Leca, le gardien étant considéré comme à l'origine de l'affaire après avoir brandi le drapeau corse sur la pelouse devant les Ultras du Gym. Ce chaos avait entraîné la fermeture de la tribune Sud de l'Allianz Riviera pour deux rencontres, ainsi que la tenue d'un match à huis clos pour Nice.Vu la gravité des faits, la commission de discipline de la Ligue (LFP) devrait les examiner très rapidement. Mais avant de prendre la moindre décision, elle pourrait surtout décider de fermer une tribune de l'enceinte lilloise à titre conservatoire, pour marquer le coup, comme ça a déjà été le cas par le passé. La pire sanction pour Lille, compte tenu de sa situation sportive (19e de Ligue 1), serait à n'en pas douter un retrait de points. Ce que le règlement autorise. Sauf que cette fois, les incidents ne se sont pas produits en cours de match mais à la fin. Cela prouve bien que la révolte des supporters mécontents n'était pas soudaine mais bien programmée.

À lire aussi