Foot - L1 - Pourquoi Nice n'est plus le même depuis janvier

L'Equipe.fr
Moins de réussite offensive, des entames de matches ratées... L'OGC Nice, actuel 3e de Ligue 1, est moins impressionnant qu'avant la trêve. Analyse.

Moins de réussite offensive, des entames de matches ratées... L'OGC Nice, actuel 3e de Ligue 1, est moins impressionnant qu'avant la trêve. Analyse.L'attaque orpheline de Pléa, Balotelli irrégulierEn première partie de saison, Nice a tourné à une moyenne de 1,78 but par match. Sans atteindre le niveau de Monaco, le Gym est apparu comme une équipe relativement spectaculaire, comme l'ont montré les victoires face à Monaco (4-0), Metz (4-2) ou encore Nantes (4-1). Depuis le retour de la trêve, Nice marque nettement moins de buts (1,38) malgré une possession de balle toujours aussi favorable (60% en moyenne). Une seule fois, Nice a battu un adversaire avec plus un but d'écart (lors de la 22e journée face à Guingamp). C'est aussi la seule fois en 2017 où les Niçois ont marqué plus de deux buts.Porté par un Valentin Eysseric qui retrouve son niveau, Nice insiste souvent sur l'aile droite grâce à la complémentarité de Souquet et de Ricardo Pereira, replacé en ailier. Mais c'est dans la finition que Nice rencontre des problèmes : les Aiglons doivent faire sans Alassane Pléa, auteur de 12 buts avant sa grave blessure lors de la 25e journée contre Rennes (2-2). Autre problème, la mauvaise passe traversée par Mario Balotelli en janvier et février. Mais l'Italien semble avoir retrouvé son efficacité depuis deux matches.La défense : pas mieux à quatre qu'à cinqMeilleure défense de L1 à la trêve avec 13 buts encaissés (0,68 but par match), l'OGC Nice n'est pas aussi solide en 2017. Les Azuréens, 5e défense du championnat sur la phase retour, gardent une moyenne honorable d'un but encaissé par match depuis janvier. Mais les changements décidés par Lucien Favre, notamment après la défaite face à l'ASM (0-3), n'ont pas prouvé leur pertinence.La défense à cinq parfois utilisée à l'automne, notamment lors des matches contre des équipes du top 5, a été remisée au placard en même temps que le jeune Malang Sarr, révélation de la première partie de saison et qui n'a plus joué depuis deux mois et demi. Lucien Favre lui préfère Maxime Le Marchand, revenu d'une longue blessure. Autre élément permettant d'expliquer cette relative fragilité : les blessures des récupérateurs Rémi Walter et Wylan Cyprien, dont l'activité au milieu manque beaucoup à Nice.Nice ne sait plus commencer ses matchesL'OGC Nice doit en grande partie son titre honorifique de champion d'automne à ses débuts de match canon, qui ont souvent surpris ses adversaires. Entre la 1re et la 19e journée, les Azuréens ont ouvert le score à 16 reprises et ne l'ont concédée que deux fois. Les hommes de Lucien Favre avaient même marqué 9 fois dans le premier quart d'heure au cours de la phase aller, record de la L1.En 2017, c'est tout l'inverse : Nice est souvent absent en première période et n'a scoré que trois fois dans les 15 premières minutes. Pire, le Gym est désormais l'équipe du top 5 qui concède le plus l'ouverture du score : huit fois sur les treize derniers matches ! Après la victoire face à Montpellier (2-1), lors de la 27e journée, Lucien Favre avait averti ses joueurs : «On a pris un but bête, parfaitement évitable. A Rennes (25e journée), on était revenus de 0-2 à 2-2, mais ça n'arrivera pas à chaque fois.» Cela s'est pourtant reproduit face à Caen (2-2, 29e journée).Le Gym toujours roi du money-timeSi ses entames de match sont souvent catastrophiques, l'OGC Nice n'a en revanche pas perdu sa capacité de réaction. Le Gym avait annoncé la couleur dès la 4e journée en renversant l'OM (3-2) avec des buts de Balotelli et Cyprien dans les dix dernières minutes. En tout, les Niçois ont marqué dans le dernier quart d'heure à 12 reprises cette saison (8 pendant la phase aller et 4 pendant la phase retour). A l'inverse, ils n'encaissent quasiment jamais de buts à partir de la 75e minute : seul Falcao, lors de la victoire de Monaco (3-0, 23e journée), a réussi à tromper Cardinale alors que le sort de la rencontre était déjà scellé.

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages