Foot - L1 - PSG - Hatem Ben Arfa «ne revendique rien» au PSG, mais il veut avoir sa chance

L'Equipe.fr
Hatem Ben Arfa a fait part de ses états d'âme dans une vidéo digne d'un mélodrame diffusée dimanche sur la page Facebook de sa fan numéro 1.

Hatem Ben Arfa a fait part de ses états d'âme dans une vidéo digne d'un mélodrame diffusée dimanche sur la page Facebook de sa fan numéro 1.Hatem Ben Arfa est accoudé à la rambarde d'un pont, au-dessus d'un canal. Immobile, il fixe l'eau, le regard dans le vide. Le plan est accompagné d'une musique douce. Va-t-il sauter? Non. Il va parler. Comme il l'avait annoncé la veille sur son compte Instagram, «sans filtre et sans tabou» à propos de sa situation au PSG où il cire le banc sans quasiment discontinuer depuis le début de saison. A Paris, le Niçois flamboyant a disparu. Parce qu'on ne lui donne pas sa chance estime-t-il dans cette vidéo savamment mise en scène. Ben Arfa erre, lunettes sur le nez, l'air pénétré.«Je me doutais en venant à Paris que ça allait être compliqué, que j'arrivais dans un grand club, etc... Mais je ne pensais pas que ça allait être aussi compliqué que ça. Mais je continue à me battre parce que c'est un club que j'aime profondément et je sais que je peux vraiment aider cette équipe», explique le joueur pour commencer. «Sans filtre et sans tabou» peut-être mais sans grande révélation non plus… Respectueux de son employeur, il salue poliment la qualité de l'effectif et la chance qui est la sienne de cotoyer des coéquipiers de valeur : «Je me régale parce que j'ai la chance de jouer avec de très bons joueurs, style Verratti etc... C'est toujours un plaisir de s'entraîneur avec des joueurs comme ça. J'arrive à garder du plaisir grâce à ça.»«Je suis un compétiteur»Sur le même ton, calme, apaisé, monocorde, Ben Arfa poursuit son propos : «Je ne revendique rien ici. Ni un temps de jeu, ni un poste précis.» Alors pourquoi cette vidéo ? «C'est juste que je veux vraiment qu'on me donne ma chance et que je sente qu'il y a vraiment une concurrence dans cette équipe. Je suis un compétiteur, un champion, c'est compliqué d'accepter cette situation de remplaçant. On peut accepter d'être sur le banc si on sait que c'est temporaire et si on peut changer quelque chose. Sinon, c'est comme une punition. Si on me donne ma chance et que je ne suis pas bon, je partirais de moi-même. Je comprendrais. Mais j'ai besoin qu'on me donne cette chance.» C'était le moment fort de la #prisedeparole. Une critique, tout en humilité, de la méthode Emery, lequel depuis le début de saison ne lui a en effet jamais manifesté sa confiance, le sortant même du groupe durant quelques matches. «Aujourd'hui, je n'accepte pas ma situation. Ce qui est sûr, c'est que je ne vais pas lâcher», conclut-il appuyé contre un arbre, toujours au bord de l'eau. Pas de coup de gueule donc pour Hatem ben Arfa, juste l'expression de son mal-être. Pas sûr toutefois que cette initiative soit appréciée par le club. Et change quoi que ce soit du point de vue d'Unai Emery.

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages