Foot - L1 - PSG - Marquinhos (PSG) a eu peur pour son père quand il s'est fait cambrioler

·1 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Le défenseur brésilien du PSG Marquinhos est revenu dimanche sur le cambriolage dont il a été victime. « C'était un épisode spécial pour moi. J'ai eu peur. » Marquinos est revenu, dans un entretien au Parisien dimanche, sur le cambriolage dont il a été victime en mars dernier à son domicile de Chatou. Alors qu'il jouait avec le PSG face à Nantes le 14 mars dernier, les malfrats s'étaient introduits chez lui et avaient séquestré la famille du joueur pendant une demi-heure. Son père avait été frappé au thorax et à la tête. lire aussi Quatre suspects en garde à vue après le cambriolage chez Angel Di Maria « Si ça m'était arrivé à moi, ça aurait peut-être été différent, a poursuivi le défenseur brésilien. Mais quand ça arrive à tes parents, des gens que tu aimes plus que tout, c'est dur, a commenté le capitaine du PSG. Encore plus quand ils se font agresser physiquement. » « Ça ne change rien à mon amour pour Paris » Il en a tiré une leçon : « Ça impose d'être encore plus attentif. C'est le genre de choses auxquelles on se prépare plus au Brésil, où on se met en sécurité. Je m'attendais moins à ce que ça m'arrive ici. Mais ça ne change rien à mon amour pour Paris. Rien ne me fera regretter d'être venu à Paris. » Ce même jour, le domicile d'Angel Di Maria avait également été cambriolé, alors que sa famille se trouvait dedans. Selon nos informations, les policiers de la brigade de répression du banditisme (BRB) de la police judiciaire parisienne ont interpellé, le lundi 4 octobre, trois hommes, âgés de 25 à 30 ans, soupçonnés d'avoir participé à cet audacieux fric-frac. Un quatrième homme a été interpellé mardi.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles