Foot - L1 - PSG - Mauricio Pochettino (PSG) se sent « triste » pour Neymar

·3 min de lecture
Foot - L1 - PSG - Mauricio Pochettino (PSG) se sent « triste » pour Neymar
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Mauricio Pochettino
    Mauricio Pochettino
    Footballeur et entraîneur argentin
  • Neymar
    Neymar
    En directAujourd’huiDemaincontre--|

L'entraîneur du PSG Mauricio Pochettino a fait part de sa compassion envers Neymar en conférence de presse ce mardi, sans préciser ce que son absence allait changer. « Neymar va être absent entre six et huit semaines : qu'est-ce que ça va changer dans votre management ?
Je pense que les principes de l'équipe vont rester. On va continuer à développer ce qu'on veut atteindre depuis le début de l'année en cherchant en même temps de la flexibilité pour s'adapter. Cette flexibilité peut donner de la richesse pour s'adapter dans les différents matches et trouver des solutions. Mais Neymar n'est pas un absent comme les autres. En quoi son absence bouleverse-t-elle vos plans ?
On est tout triste. Personnellement je me sens triste qu'un joueur comme lui soit éloigné des terrains. On sait qu'il aime jouer au foot par-dessus tout. Après, l'idée, ce n'est pas de le remplacer, c'est surtout de trouver des solutions au niveau de l'organisation pour trouver l'équilibre. Avec le retour de Sergio Ramos face à Saint-Etienne (3-1), comment envisagez-vous la concurrence avec Kimpembe : y a-t-il dans votre esprit une hiérarchie ou peut-on envisager qu'ils jouent de manière égale comme les gardiens ?
On a une très forte concurrence dans la ligne défensive. Ça fait aussi une force d'avoir ces qualités-là. Après, il n'y a pas une concurrence directe entre eux. On possède plusieurs joueurs, il faut prendre des décisions par rapport à des éléments, des matches. Ramos n'avait pas joué un match en entier depuis très longtemps et il faut faire attention aux charges de travail, aux temps de jeu. Depuis votre arrivée au PSG, vous n'avez jamais pu aligner deux fois de suite le même onze et ce sera encore le cas face à Nice. Est-ce un problème pour vous ?
Généralement, on aime quand on peut répéter. C'est un défi immense qui nous fait grandir comme équipe, comme staff. Ce sont des problématiques qui se présentent et auxquelles on doit trouver des solutions. Ça montre aussi l'importance d'un effectif bien pourvu. Et la nécessité que tous les joueurs puissent se sentir concernés. Que change le septième Ballon d'Or de Lionel Messi ?
D'abord, je coudrais le féliciter publiquement, lui et sa famille. C'est quelque chose d'énorme. On espère aussi que c'est le premier jour de la construction de ce qui peut être un huitième. Au-delà des récompenses individuelles, on espère avoir aussi des trophées collectifs. Pouvez-vous comprendre les critiques sur le Ballon d'Or de Messi, principalement en Italie et en Allemagne ? Ou n'y a-t-il pas de débat selon vous ?
C'est complètement mérité. Je peux comprendre que dans d'autres pays il peut y avoir des critiques, mais il l'a bien mérité. À lui de profiter avec les gens qu'il aime de ce trophée et d'être, pourquoi pas, dans le premier jour de la construction du huitième. Christophe Galtier a été élu meilleur entraîneur de Ligue 1 la saison passée. Que pensez-vous de ce choix et qu'est-ce qui fait un bon entraîneur, selon vous ?
Lille était champion. Fabien (il demande au traducteur le bon prénom), Christophe en était l'entraîneur. Quand une équipe est championne son coach est le meilleur. Il continue à le démontrer depuis qu'il est à Nice... Fabien (Galthié), c'était le capitaine du Stade Français quand j'ai joué au PSG. Encore désolé Christophe ! »

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles