Foot - L1 - Reims - Jean-Pierre Caillot (président de Reims) : « Cette sixième place apporte un peu de bonheur »

L'Equipe.fr
L’Equipe

Le président du Stade de Reims a réagi jeudi à la décision du conseil d'administration de la LFP de prononcer le classement final de Ligue 1 et à la 6e place de son club, qui permet de « rêver » à une qualification pour la Ligue Europa. Favorable à « la logique du coefficient » pour calculer le classement final de la Ligue 1, Jean-Pierre Caillot était prêt à se « battre » pour que le Stade de Reims « ne soit pas lésé ». Il n'a pas eu à le faire : son club termine sixième du Championnat. Le conseil d'administration de la LFP a en effet décidé jeudi de prononcer le classement final de Ligue 1 selon les règles déjà appliquées par la FFF pour l'ensemble des Championnats, à savoir un indice de performance prenant en compte le nombre de points marqués sur tous les matches joués. Les Rémois auraient même pu terminer cinquièmes : ils ont le même nombre de points que les Niçois. Les confrontations particulières ont été retenues pour départager les deux clubs et l'OGC Nice est la seule équipe que le Stade de Reims n'a pas battue cette saison... Relativement discret dans les médias ces dernières semaines, Jean-Pierre Caillot a commenté la décision de la LFP et le classement final sur le site officiel du Stade de Reims. Il a d'abord tenu à évoquer la « crise sanitaire que nous traversons tous. Cet arrêt est la conséquence d'une pandémie qui sévit encore et qui préoccupe en premier lieu tout le monde. Il ne faut surtout pas l'oublier ». Il poursuit : « Dans ce contexte, la fin de saison avec cette sixième place, après la huitième acquise la saison dernière, apporte un peu de bonheur à l'ensemble des amoureux du Stade de Reims. Un bonheur justifié et mérité tant ce classement reflète l'excellent parcours de cette équipe que l'on a tous eu plaisir à voir évoluer et qui a fait honneur au mot "cohésion". Un super groupe qui a travaillé dur et dont je salue le travail du staff et des joueurs dans leur ensemble. » Il a également rappelé les victoires de prestige « contre les équipes qui nous devancent » au classement : l'OM au Stade Vélodrome (2-0, 1e journée), Lille à domicile (2-0, 4e j.), le PSG au Parc des Princes (2-0, 7e j.) ou encore le Stade Rennais au Roazhon Park (1-0, 9e j.). « Bien évidemment nous aurions tous voulu accrocher cette place sur la pelouse, la partager avec notre public en liesse mais la situation ne le permet pas. » En ce qui concerne la méthode de calcul retenue, « il fallait trouver une façon de figer les positions finales et le calcul par quotient, déjà appliqué par la FFF, me semble le plus juste, le plus conforme à la morale sportive : chaque match joué compte, c'est purement et simplement mathématique. Le Stade de Reims fait donc un beau sixième de Ligue 1 ce qui l'autorise à rêver d'Europe. » « Rêver seulement... », rappelle-t-il, car l'OL et l'AS Saint-Étienne, respectivement finaliste de la Coupe de la Ligue et de la Coupe de France contre le PSG, peuvent toujours se qualifier si ces finales se jouent en août. « Il est inconcevable de se projeter sur une qualification sans penser aux finales des Coupes nationales qui n'ont pas été jouées. Par respect pour les finalistes, c'est un rêve qui restera pour l'instant dans un coin de notre tête mais pour l'heure, j'ai une pensée pour tous nos supporters qui doivent accueillir ce classement avec fierté et réconfort. Eux aussi l'ont bien mérité. »

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

À lire aussi