Foot - L1 - Reims - Reims : Nathanaël Mbuku toque à la porte

L'Equipe.fr
L’Equipe

Troisième de la Coupe du monde des moins de 17 ans au Brésil, le jeune gaucher de Reims a réussi une entrée remarquée face à Bordeaux (1-1) et symbolise l'avenir du club champenois, en déplacement ce mercredi à Amiens (19 heures).Ce lundi 17 heures, Nathanaël Mbuku a toqué à la porte de la salle de presse du centre d'entraînement de Betheny avant d'y pénétrer. Cette rare marque de politesse a fait marrer les médias présents pour sa première expression publique. Pas ceux qui fréquentent le jeune attaquant de 17 ans, bien éduqué, qui entonne un « Bonjour Monsieur » après s'être saisi du téléphone.Calendrier et résultats de la Ligue 1Natif de Villeneuve-St-Georges (Val-de-Marne), cadet d'une famille d'origine congolaise de quatre garçons domiciliée en région parisienne, Nathanaël était titulaire samedi face à Bordeaux (1-1) en soutien de Boulaye Dia pour la deuxième fois de la saison après une heure de jeu au Parc des princes (2-0, 25 septembre). Indiscutable titulaire en sélection, le gaucher a étrenné avec culot sa médaille de bronze en Coupe du monde U17 au Brésil où il a inscrit cinq buts (dont un triplé) et offert une passe décisive du 27 octobre au 17 novembre.« C'était incroyable à vivre, au pays du football, se souvient-il. On a effectué un bon parcours malgré une demi-finale (2-3 face au Brésil, 15 novembre) qui nous reste en travers de la gorge. On est une bande de pote qui se connaissait avant la sélection. Tout le monde s'est senti à l'aise. »Lui aussi excelle dans les vestiaires de l'équipe de France de Jean-Claude Guintini qui l'utilise sur le flanc gauche tel un ailier de débordement au registre élargi, Adil Aouchiche (PSG) occupant l'axe offensif. « C'est un garçon très attachant, dit le sélectionneur des Bleuets, toujours d'humeur égale et avec le sourire. Il est déterminé et passe d'une forme de déconcentration avant les matches à une attitude très professionnelle pendant la compétition. Il est devenu un pilier qui a gagné en confiance et en maturité au sein du groupe. »Le classement de la Ligue 1Un joueur très puissant sur ses jambes, difficile à déstabiliser, qui n'hésite pas à dribbler et à tenter sa chance. Il ne s'est pas non plus mis la moindre pression au sein du groupe champenois maintenant qu'il a été bizuté pour en assurer le cri de victoire après les matches. « Je suis un peu le chouchou, la mascotte, rigole-t-il. Jusqu'à présent (depuis la victoire à Marseille, 2-0 le 10 août), c'est moi qui gère. »Sous contrat jusqu'en 2023Avant Bordeaux, Boulaye Dia, qui partage sa chambre lors des mises au vert, lui avait dit de montrer qu'il n'était pas titulaire pour rien. « J'ai tout fait pour prouver que le jeune âge n'est qu'une étape, admet l'attaquant repéré par David Guion, puis préformé à Clairefontaine à l'âge de 14 ans avant d'intégrer le centre de formation de Reims il y a deux saisons. Je suis plus ou moins satisfait. J'ai eu quelques occasions que je pouvais concrétiser mais dans le jeu collectif et l'état esprit, j'ai été présent. »Premier mineur à commencer une rencontre sous l'ère du président Jean-Pierre Caillot, Nathanaël Mbuku a paraphé, la saison passée, son premier contrat pro jusqu'en juin 2023. Régulièrement surclassé, il a jusqu'à présent digéré sans difficulté toutes les étapes de sa progression (U17 nationaux, U19, Nationale 2, L1). Et fait souffler un vent de fraîcheur sur l'effectif marnais.« J'ai envie de l'utiliser pour ça aussi, confirme l'entraîneur de Reims qui avait exigé de recevoir le joueur en priorité à son retour d'Amérique du Sud pour le protéger de sa nouvelle notoriété. Il ne se cache pas, sert de relais et fait jouer les autres. Il fait ce qu'il réussit à l'entraînement. Il tente, amène des coups francs. C'est un très jeune garçon bien entouré qui a beaucoup de choses à apprendre. Et qui doit réussir son baccalauréat, l'été prochain. Cela soldera une saison 2019-2020 magnifique. »

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

À lire aussi