Foot - L1 - Rennes défend la décision de ne pas libérer les internationaux hors Union européenne

L'Equipe.fr
·1 min de lecture

Dans un communiqué publié vendredi sur son site, le Stade Rennais a expliqué la décision des clubs français qui ne libéreront pas leurs internationaux hors Union Européenne. Pour le club breton, leur absence lors de la 31e journée, après une septaine d'isolement, porterait atteinte à l'équité de la Ligue 1. Depuis l'annonce mercredi, d'un accord entre clubs de Ligue 1 et Ligue 2 pour retenir leurs joueurs internationaux convoqués en sélection pour des matches hors de l'Union européenne en mars, les réactions se multiplient. La Fédération sénégalaise a notamment accusé les clubs français de « discrimination ». Dans un communiqué publié vendredi, le Stade Rennais s'est expliqué sur la décision prise mercredi, qui concerne quatre de ses joueurs : Alfred Gomis, Nayef Aguerd, Hamari Traoré et Elias Damergy. « L'ensemble des clubs professionnels français a alerté il y a plusieurs jours le gouvernement français afin de demander une exonération de septaine pour les joueurs internationaux à leur retour de sélection. Cette septaine empêchera les joueurs concernés de participer à la 31e journée et mettrait même en péril leur participation à la 32e journée de Ligue 1. L'équité du championnat s'en trouverait alors altérée », écrit le club breton, assurant que cette demande était liée « au respect d'une bulle sanitaire très stricte imposée aux sélections nationales ainsi qu'un à un retour en France en avions privés ». Sans retour positif des autorités françaises, les Rennais ont donc choisi de ne pas libérer leurs quatre internationaux africains convoqués en sélection. « Cette décision ne peut en aucun cas être imputée aux joueurs et il serait même injuste de le sous-entendre », ajoute le communiqué rennais.