Foot - L1 - Rennes - Jérémy Doku (Rennes) : « Être plus efficace »

L'Equipe.fr
·3 min de lecture

Présent au point presse de Rennes ce vendredi avant la réception de Brest (9e journée de L1), le jeune attaquant international belge Jérémy Doku est revenu sur ses débuts sous le maillot breton. Arrivé à Rennes en toute fin du mercato en provenance d'Anderlecht, Jérémy Doku n'était pas encore apparu devant les médias, entre ses sélections avec la Belgique et l'enchaînement des matches. L'attaquant de 18 ans était présent ce vendredi au point-presse à la veille de Rennes-Brest (9e journée de L1), en compagnie de son entraîneur Julien Stéphan. lire aussi Jérémy Doku signe pour cinq à Rennes « Quel projet vous a-t-on présenté pour rejoindre Rennes?
« J'ai su l'intérêt de Rennes une semaine avant d'arriver, c'est allé très vite. Je sentais que je pouvais envisager une nouvelle étape, sans aller trop haut, et Rennes, c'est vraiment le club où je peux jouer, où les autres clubs me voient, où tu joues la C1, donc en fait, c'est parfait, c'est magnifique. L'intégration s'est bien passée, il y a beaucoup de jeunes, comme à Anderlecht, je suis bien avec eux. Eduardo (Camavinga) m'avait envoyé un petit message avant que je décolle. Que connaissiez-vous du club avant d'y signer?
Je connaissais ses bons résultats ces deux dernières saisons, le fait que ça joue le haut du tableau en France et que ça dispute les Coupes d'Europe, et aussi quelques joueurs qui sont partis comme Ismaïla Sarr et Ousmane Dembélé. lire aussi Doku, l'attaquant que Klopp voulait pour succéder à Sadio Mané Comment jugez-vous vos débuts?
J'ai pu montrer ce dont je suis capable, je dois être encore plus efficace, finir les actions, faire les bons choix. En ce moment, le club n'est pas au mieux (4 matches sans succès)...
Toutes les équipes ont des moments plus difficiles, on va s'en sortir. À Séville (0-1, mercredi, en Ligue des champions), on voulait prendre des points, mais c'était très fort. « En Ligue 1, les duels, c'est dur, c'est ça qui va me changer » Quel est votre regard sur la L1?
Ça va très vite, si tu ne marques pas, tu le paies cash et dans les duels c'est dur, c'est ça qui va me changer. Préférez-vous évoluer à droite ou à gauche?
J'ai connu les deux positions en Belgique. Ça m'est égal, c'est à moi de jouer. Vous avez connu en septembre votre première convocation et votre première sélection en équipe nationale. Vous y attendiez-vous?
Non. Des gens me l'ont dit mais je ne voulais pas les croire, je ne me voyais pas là-bas, jusqu'à ce que je reçoive un message qui confirme. Là, j'étais vraiment content. Avez-vous déjà pu manger une galette-saucisse?
La? (le journaliste reprend et Julien Stéphan intervient avec le sourire : « Pour l'instant, en jouant tous les trois jours et avec le besoin de récupération, c'est impossible, il n'a pas découvert encore la spécificité locale»).