Foot - L1 - Rennes - Julien Stéphan, avant PSG-Rennes : « Un dernier coup de collier »

L'Equipe.fr
·5 min de lecture

Contre le PSG ce samedi (21 heures), Julien Stéphan, l'entraîneur de Rennes, espère que son équipe gardera le même état d'esprit que sur la pelouse de Chelsea, malgré la défaite (0-3). Avant la trêve internationale et trois jours après le revers à Chelsea (0-3), Rennes (3e) va tenter de trouver la force de surprendre un leader parisien sans Neymar ni Mbappé, samedi (21 heures), à l'occasion de la 10e journée de L1. Julien Stéphan, toujours privé de son côté de Camavinga, espère garder le même esprit qu'à Stamford Bridge. Après Chelsea, vous affrontez un Paris peut-être un peu plus ordinaire sans Neymar ni Mbappé...
Il faut vite évacuer Chelsea pour se projeter sur le gros match à Paris. Je ne suis pas sûr que Paris et ordinaire sonnent bien ensemble. Ça reste une équipe très forte quand on peut encore aligner Kean, Sarabia ou Di Maria ensemble. Après, bien sûr que Neymar et Mbappé sont deux joueurs phénoménaux capables de changer le cours d'un match à la moindre occasion ou seconde qui passe sur le terrain, donc ce sera une équipe qui jouera différemment, avec des mouvements de joueurs différents, une animation qui peut être modifiée. Mais il faut surtout penser à nous, comme à Chelsea. lire aussi Le classement de Ligue 1 Comment s'y prendre ?
Il faut absolument qu'on soit encore un petit peu plus rigoureux dans les moments clé, je pense notamment au premier but sur penalty à Chelsea. Même si on a des faits de jeu défavorables sur cette rencontre, on ne peut pas concéder un penalty comme on l'a concédé. En étant en supériorité numérique sur l'action, on doit pouvoir se contrôler, il n'y a pas de danger, donc ce sont des petits détails importants contre ce genre d'adversaire. Pour le reste, on devra à nouveau montrer de la détermination et de la personnalité. Paris est la meilleure attaque, on est la deuxième avec neuf tirs sur les montants, Paris a la plus grande possession de L1 et on a la deuxième, et il va falloir qu'on lutte aussi sur nos points forts. On est capables de prendre le ballon, de le maîtriser. Sera-t-on capable de le faire plus que Paris, je ne sais pas, mais on devra essayer de réduire leur pourcentage de possession par rapport à ce qu'ils ont l'habitude de faire, et puis aussi qu'on soit en capacité de se créer des occasions et de mettre du danger chez eux. « On va affronter une grosse cylindrée, Tuchel est un grand entraîneur et mérite le respect » Comment se situe le groupe, physiquement, alors que vous avez joué 50 minutes à dix à Chelsea ?
On va voir sur la dernière séance (ce vendredi après-midi). Malgré tout, à Chelsea, on a bien tenu physiquement. Ça laisse des traces, mais on a un dernier coup de collier contre le leader du Championnat avant la trêve, donc on va ressourcer ensemble jusqu'à demain pour donner le meilleur de nous-mêmes. Que vous inspire le fait que Thomas Tuchel puisse être fragilisé en cas de revers ce week-end ?
Comment voulez-vous que je réponde à ça ? Je ne suis ni décideur, ni président, ni directeur sportif de Paris. Paris est leader, c'est une grosse équipe et ce que je sais, c'est que si on veut faire un résultat, il faut faire un exploit. Mais n'est-ce pas un contexte qui peut vous être favorable ?
Il y a un grand entraîneur, des grands joueurs, et Paris est un très grand club, voilà. On va affronter une grosse cylindrée, Tuchel est un grand entraîneur et mérite le respect et je pense qu'il est nécessaire pour nous de se focaliser uniquement sur nous, ce sera bien suffisant. « Guirassy fait énormément d'efforts pour l'équipe, il est très complet dans le jeu offensif et défensif. Il est tellement important pour nous » Au-delà de ses mésaventures contre Chelsea, quel est votre regard sur les débuts compliqués de Dalbert à Rennes ?
Il n'a pas joué pendant longtemps, en tout cas il a eu une préparation un peu particulière et a besoin de retrouver du rythme. Il n'est pas simple de s'intégrer pour un joueur arrivé en fin de mercato, sans séances d'entraînement, uniquement avec de la compétition, mais il va poursuivre sa progression avec le groupe, j'en suis convaincu. Après la trêve, vous devrez gérer la présence de trois joueurs à ce poste de latéral gauche avec le retour de Maouassa en plus de Dalbert et Truffert, qui vient d'être appelé en Espoirs.
Oui, on aura Faitout, j'espère qu'il sera O.K. pour l'après-trêve, sa remise en forme se passe très bien. Il y aura de la concurrence, comme dans d'autres secteurs de jeu. Comment jugez-vous la moindre réussite actuelle de Serhou Guirassy, qui reste précieux dans le jeu ?
Il fait énormément d'efforts pour l'équipe, il est très complet dans le jeu offensif et défensif. Il est tellement important pour nous dans ce qu'on peut faire, dans ce qu'on lui demande au pressing, dans le jeu de corps, l'orientation du jeu et le jeu de déviation. Il a été malheureux contre Brest (2-1, le 31 octobre) en touchant la barre mais il se crée des situations et je n'ai aucun doute sur le fait qu'il va retrouver rapidement le chemin des filets. »