Foot - L1 - Rennes - Steven Nzonzi (Rennes) : « Impatient de jouer en L1 »

L'Equipe.fr
L’Equipe

Après avoir découvert le public de Rennes avant le derby contre Nantes, vendredi soir (3-2), le milieu international Steven Nzonzi a été présenté aux médias, ce lundi matin. Steven Nzonzi a été présenté à la presse ce lundi, aux côtés du président rennais Olivier Létang et de l'entraîneur Julien Stéphan. Recrue phare du mercato d'hiver à Rennes, le joueur a été prêté par l'AS Rome jusqu'en fin de saison, un prêt extensible pour une saison supplémentaire si le club termine sur le podium. Celui qui n'a plus joué depuis le 11 décembre en Ligue des champions à Paris, avec Galatasaray (0-5), va découvrir la L1 à 31 ans. Ce ne sera pas pour le déplacement à Lille (23e journée de Ligue 1), ce mardi. Il n'est pas tout à fait prêt.
« Pourquoi avoir choisi Rennes plutôt qu'un club de Premier League ?
J'ai tout de suite aimé le challenge. C'est un club qui évolue très positivement, donc ça m'a tout de suite plu. Je voulais aussi rentrer dans mon pays, découvrir la L1, donc il y avait pas mal d'éléments favorables à ce que j'accepte après des discussions avec le président qui se sont très bien passées. Ça s'est finalisé le dernier jour du mercato.
Ça a pris du temps, mais c'est normal et j'étais confiant après les échanges qu'il y a eus avec mon entourage, mon père notamment, et moi. Pourquoi ça s'est mal fini avec Galatasaray, où vous aviez été prêté l'été dernier ?
C'était un pays différent, une organisation différente. Des petits détails dont je n'ai pas vraiment envie de parler aujourd'hui ont fait que sur la fin, ça ne s'est pas très bien passé. Mais je suis tourné vers le futur et je suis impatient de jouer avec ce club en L1. « La perspective de l'Euro n'a pas conditionné mon choix » La perspective de l'Euro et de retrouver les Bleus a-t-elle compté dans votre choix ?
Non, ça n'a pas conditionné mon choix, je me concentre sur le moment présent. Pour l'instant, ce n'est pas important, je suis concentré sur l'équipe, sur l'idée de progresser, de retrouver ma meilleure condition physique. Dans quelles dispositions êtes-vous, justement, en sachant que vous n'avez plus joué depuis le 11 décembre ?
Je ne suis pas au meilleur de ma forme, mais je n'ai pas eu de blessure, je me suis entraîné pendant un mois et là, avec le staff, on va très bien travailler pour revenir le plus rapidement possible. Quand pensez-vous pouvoir être opérationnel ?
On va voir avec le staff et le coach. D'ici une semaine ou un peu plus, selon les entraînements. « Ce sera intéressant de jouer aux côtés de Camavinga » La saison passée, après le titre de champion du monde, vous aviez joué une trentaine de matches avec l'AS Rome. Votre départ, l'été dernier, était-il lié au départ de Monchi, le directeur sportif qui vous avait fait venir de Séville ?
Oui, il y a certaines conditions qui sont rentrées en jeu. C'est une décision qui a été prise par moi et le club. Il y a un côté business, je pense, mais je ne sais pas, je ne peux pas en dire plus. Un statut de champion du monde peut-il être difficile à porter ?
C'est sûr qu'il change un peu la donne, car on attend beaucoup plus de toi. Si le collectif ne tourne pas bien, il y a certains joueurs qui peuvent te pointer du doigt. Mais à la Roma, je trouve que la saison s'était bien passée. Après, je ne peux pas contrôler toutes les décisions prises. Vous pourriez évoluer au côté d'Eduardo Camavinga. Est-ce un joueur qui vous impressionne ?
C'est un très bon jeune joueur. Ce qu'il fait à son âge, ce n'est pas évident, donc ce sera intéressant de jouer à ses côtés. À 17 ans, je jouais en CFA, c'était déjà très compliqué, donc ce qu'il fait en L1, c'est très intéressant. »

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

À lire aussi