Foot - L1 - Renversant, le PSG arrache la victoire in extremis contre Lille

·3 min de lecture

Tenu en échec sur la pelouse de l'OM (0-0) dimanche dernier, le PSG a retrouvé le chemin de la victoire contre le champion de France lillois (2-1) vendredi. Auteur d'un but et d'une passe décisive, Angel Di Maria a incarné le réveil parisien en seconde période. Le match : 2-1 Avant de retrouver Leipzig et la Ligue des champions mercredi, le PSG a repris sa marche en avant en Ligue 1 dimanche, contre Lille (2-1). Mais le leader du Championnat a longtemps souffert sur sa pelouse du Parc des Princes, courant après le score pendant plus de 40 minutes avant qu'Angel Di Maria ne sonne la révolte : passeur décisif pour Marquinhos à la 74e (1-1), le « Fideo » a donné la victoire à son équipe au bout du suspense après un une-deux avec un Neymar inspiré à la 87e. lire aussi Le film de PSG - Lille Sans Kylian Mbappé, son meilleur atout offensif (6 buts et 8 passes décisives en 14 matches), mais surtout sans idée, folie ni plan de jeu apparent avec Lionel Messi en « faux numéro 9 », le leader de la Ligue 1 avait pourtant éprouvé les pires difficultés à s'approcher du but d'Ivo Grbic en première période (4 tirs pour 1 cadré, contre 13 pour 5 cadrés en seconde), malmené par un LOSC joueur et étouffant. 8 Paris a gagné 8 points après la 85e minute de jeu cette saison en Ligue 1, au moins 5 de plus que toute autre équipe de l'élite. Vite sollicité par Burak Yilmaz (1re), Gianluigi Donnarumma a fait son possible pour maintenir son équipe à flot après l'ouverture du score de Jonathan David (31e, 0-1), et les visiteurs pourront regretter de ne pas avoir tué le match quand ils en ont eu l'occasion (47e, 57e). Car Paris est apparu métamorphosé au retour des vestiaires. Sans Lionel Messi, vraisemblablement diminué par une gêne musculaire et remplacé par Mauro Icardi à la pause, mais avec un duo Neymar-Di Maria inspiré, un système plus adapté (3-4-3) et des latéraux plus tranchants (Nuno Mendes et Dagba ont remplacé Bernat et Kehrer à la 65e), le club de la capitale est monté en puissance au fil des minutes, jusqu'à complètement prendre le dessus sur son adversaire après l'égalisation de Marquinhos d'une reprise du droit. Avant le déplacement de Lens (2e) à Lyon (9e) samedi (21 heures), il compte 10 points d'avance en tête du Championnat. Le joueur : Di Maria, le détonateur S'il a parfois donné l'impression de chercher sa place sur le terrain depuis l'arrivée de Messi cet été, Di Maria reste un homme de base de Mauricio Pochettino, et il a su se rendre indispensable vendredi. Son but, le premier depuis la victoire à Brest (4-2) le 20 août, est venu récompenser sa prestation la plus aboutie de la saison, ponctuée de sa troisième passe décisive. Mais au-delà des statistiques, c'est lui qui a incarné avec Neymar le réveil parisien, après une première période des plus insipides. De quoi se rassurer après un début de saison en demi-teinte ? « Angel est rentré en retard de la Copa America. Il était suspendu en Ligue des champions (pour les trois premiers matches). Chaque mois, il part en équipe nationale, listait Pochettino en conférence de presse jeudi. Quand on analyse la situation d'un joueur, il faut le faire de manière globale. Je suis très content de l'ensemble de l'effectif, avec l'engagement qu'il montre chaque jour. »

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles