Foot - L1 - Saint-Etienne - Pascal Dupraz avant Saint-Etienne - Nantes : « Pas l'impression que les joueurs sont des morts-vivants »

·5 min de lecture
Foot - L1 - Saint-Etienne - Pascal Dupraz avant Saint-Etienne - Nantes : « Pas l'impression que les joueurs sont des morts-vivants »

À la veille de la réception de Nantes, ce mercredi à Geoffroy-Guichard (21 heures), l'entraîneur de Saint-Etienne Pascal Dupraz a tenu un discours résolument positif en conférence de presse, en cherchant à se démarquer du classement de l'ASSE, dernière de L1. « Quel est l'état de votre groupe avant la réception de Nantes ?
On attend le dernier entraînement pour Ryad (Boudebouz), et Aïmen (Moueffek) aussi, qui a été touché en Coupe de France. Pour (Yvan) Neyou on attend aussi, mais ça a l'air d'aller. Que de bonnes nouvelles. Comment sentez-vous le groupe ?
Il est dans la continuité de ce qu'il est depuis que nous sommes arrivés, et certainement de ce qu'il était avant qu'on soit là. Depuis le début de saison, j'ai rarement vu les Stéphanois lâcher. Moralement, ils sont là, ils ont face à leurs responsabilités, ils ont envie d'assumer. « Il paraît que je suis l'un des spécialistes des opérations un peu spéciales, complexes, pas évidentes. C'est mon karma, c'est comme ça » Après une semaine dans ce poste d'entraîneur des Verts, la mission vous semble-t-elle plus compliquée qu'elle en avait l'air ?
Elle n'est pas compliquée, elle est exaltante. Il y a le factuel qui est le classement. Mais si on pouvait se concentrer uniquement sur le terrain, en se défaisant du classement, en ne travaillant que sur nos forces, je verrai ça d'un bon oeil. On commence à douter quand on pense que c'est bientôt fini, quand on est sur le point de trépasser. Je n'ai pas l'impression que les joueurs, au travers de leurs attitudes, sont des morts-vivants ou des morts-debouts. Mais j'ai envie que ce soit des morts de faim. Il faut offrir moins de buts, ça concerne tout le monde de bien défendre. Bien attaquer, c'est pareil. C'est ma mission, en plus de celle de dédramatiser la situation. Il reste 60 points à glaner, il faut performer. J'ai fait des comptes, on a 12 points, on aura 10 points donnés par les supporters, et pour aller à 40, il en reste à prendre. On compte bien les prendre. C'est un long travail, les 40 on ne les aura pas demain soir. Mais depuis que je suis petit, je n'entrevois pas jamais le pire. Un verre à moitié plein me permet de me désaltérer, il n'est pas à moitié vide. Vous avez rencontré les groupes de supporters. Comment cela s'est passé ?
On a vu les supporters, il n'y a que deux groupes qu'on n'a pas encore vus. Cela s'est très bien passé, ils m'ont exprimé leurs désirs, leur volonté, leurs rêves aussi. Mais quand on me parle du passé, je n'ai pas eu d'impact dessus, donc je ne peux rien dire. Je sais juste que le stade Geoffroy-Guichard est mythique. Quand je venais jouer avec les équipes que j'entraînais, les supporters étaient bien contre l'équipe visiteuse, influençaient bien l'arbitre, étaient à fond derrière leur équipe. J'espère le vivre, mais ça, ça dépend de l'attitude développée par les joueurs, c'est de ma responsabilité. Je leur ai dit ma fierté, mon honneur, de défendre les couleurs de Saint-Etienne. Si l'ASSE jouait le titre, l'ASSE n'aurait pas pensé à moi. Mais le club est dernier après 18 matches, il paraît que je suis l'un des spécialistes des opérations un peu spéciales, complexes, pas évidentes. C'est mon karma, c'est comme ça. Je ne changerai pas ma vie. « Mes joueurs ont de la qualité, ils me semblent être disciplinés, courageux, j'ai envie de les voir heureux » Marcus Coco a dit que Nantes avait la possibilité d'«enfoncer» Saint-Etienne. Qu'en pensez-vous ?
Je me fous bien de ce que dit Marcus Coco. Il a le droit de dire ce qu'il veut. Mon débat, c'est qu'il y aura un vrai match contre Nantes. Les Stéphanois sont prêts à défier les Nantais, on sera là. Mes joueurs ont de la qualité, ils me semblent être disciplinés, courageux, j'ai envie de les voir heureux. J'ai envie qu'ils développent une attitude qui sied à leur jeune âge, qui mêle insouciance et responsabilité. La CAN approche. Êtes-vous prêt à tout faire pour garder certains éléments susceptibles de la jouer ?
Il y a des garçons à qui on n'a pas eu besoin de le demander et qui restent, qui étaient sélectionnables et qui ont pris le parti de rester à l'AS Saint-Etienne pour sortir le club de l'ornière. Ça ne veut pas dire que ceux qui partent à la CAN sont perdus définitivement. C'est un choix. (Mahdi) Camara, ça fait plusieurs qu'il est en discussion avec la direction, il nous a dit qu'il préférait rester avec son club plutôt que d'être sélectionné(avec la Gambie). C'est pour cette raison qu'il n'est pas appelé. C'est une très belle attitude, cela démontre qu'il y a des garçons qui ont envie de se battre pour ce club, qui n'ont pas perdu de le voir rester en Ligue 1. (Zaydou) Youssouf (Comores) aussi veut rester avec son club. » Boudebouz sur Dupraz : « Il est plus proche, c'est un peu comme un papa »

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles