Foot - L1 - Strasbourg - Battu à Reims, Strasbourg paie encore son inattention en Ligue 1

L'Equipe.fr
·3 min de lecture

Strasbourg a craqué sur deux coups de pieds arrêtés contre Reims, ce dimanche, lors de la 9e journée de Ligue 1 (1-2), et a encore perdu des points par manque de concentration. Thierry Laurey, positif au Covid-19, n'était pas présent au stade Auguste-Delaune pour assister à la nouvelle défaite de son équipe face à Reims ce dimanche (2-1). Mais on imaginait assez aisément la tête qu'il devait avoir devant sa télévision, en constatant que son groupe a encore craqué sur des fautes d'inattentions, un péché vraiment pas mignon qu'il ne cesse de regretter depuis le début de saison. lire aussi Les résultats de la 9e journée de L 1 Dans un match face à un concurrent direct pour le maintien, Strasbourg a tout gâché en quatre minutes. D'abord sur un coup franc de Mathieu Cafaro sur le poteau, qui a rebondi sur le dos de Bingourou Kamara pour entrer, alors que le gardien sénégalais a pesté sur son mur à deux éléments, pas suffisamment attentif sur cette action, consécutive à un ceinturage de Stefan Mitrovic sur Boulaye Dia (22e). C'est ensuite sur corner que le Racing est passé au travers. Sur un bon ballon de Valon Berisha, Ibrahima Sissoko n'a pas suivi Wout Faes et le défenseur belge a eu tout le loisir de placer sa tête, malgré le saut à contretemps de Mitrovic (26e). «On était revenu sur les coups de pied arrêtés de Reims à la vidéo, on savait qu'ils étaient très dangereux avec de bons frappeurs et de bons réceptionneurs, regrettait Jean-Marc Kuentz sur le banc du Racing en l'absence de Laurey. C'est un mauvais marquage, un problème de duel. On avait prévenu les joueurs, ils étaient au courant. Les deux coups de pied arrêtés nous plombent le match.» Anthony Caci, défenseur de Strasbourg « On ne peut pas se laisser distraire et prendre des buts comme ça » Relancé sur le sujet, l'adjoint insistait sur «un vrai problème de concentration et d'engagement». Présent devant la presse juste après lui, Anthony Caci était tout aussi fataliste. «C'est un manque de concentration, on en parle avant le match et on prend les buts là-dessus. Ça s'est joué là-dessus. À part ça, ils ne nous ont pas mis en danger plus que ça», a pesté le défenseur, replacé dans la défense à trois pendant une heure, en l'absence de Djiku, heureux papa. «On se réveille toujours après, et c'est bien là le problème cette saison. On avait vraiment l'ambition de prendre des points, ça ne peut que nous apprendre à rester concentrés, on ne peut pas se laisser distraire et prendre des buts comme ça», poursuivait Caci. Vendredi, l'OM se déplace à La Meinau Pour le défenseur de 23 ans, la solution est on ne peut plus évidente pour corriger le tir : «Il faut mettre tout de suite dès l'entame de l'impact, et surtout de la concentration. Il faut se remobiliser. C'est nous les fautifs et on le sait. (...) Il ne faut pas se voiler la face, le manque de concentration se paie cash. À nous d'effacer tout ça.» Le Racing n'a que peu de temps pour se reprendre, avec la réception de l'OM dès vendredi. Mais à en croire Caci, personne ne triche : «On est dans le dur, on en est tous conscients, de la dernière personne du staff au dernier joueur. Tout le club est dans le dur, on travaille pour remonter cette pente.» Avec six points en neuf journées, Strasbourg vit à peu près le même début de saison raté que l'an dernier. La seule différence se situe dans la manière, avec la désagréable sensation, cette saison, de gaspiller des points sur des erreurs franchement évitables. lire aussi Le classement de Ligue 1