Alain Casanova quitte Toulouse après avoir été menacé

L'Equipe.fr
L’Equipe

Acté ce jeudi matin par le club de Toulouse, qui était dans une situation sportive très délicate, le départ d'Alain Casanova a été accéléré par des attaques ciblées sur les réseaux sociaux, qui l'ont heurté, lui et les siens. Le club a transmis des éléments à la police.


Le point de non-retour a été atteint, le trouble trop important. Ce jeudi matin, Alain Casanova a rendez-vous avec Olivier Sadran, le président du TFC, pour décider de la suite de leur aventure commune. Depuis la défaite face à Bordeaux (1-3), samedi soir, dans le derby de la Garonne, les deux hommes ont beaucoup échangé sur une situation sportive largement insuffisante.

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

Leur première idée était de se donner encore quelques matches pour essayer de redresser la situation. Mais Casanova décide de renoncer, au vu du climat très pesant qui enveloppe le club.

« Je ne peux pas assumer mes responsabilités, mon travail dans de bonnes conditions » - Alain Casanova, s'adressant à son vestiaire, ce jeudi matin

Ces derniers jours, il a reçu des menaces de mort sur les réseaux sociaux, qui ont provoqué l'émoi de sa femme, de sa famille et de ses proches. Le club s'est mis en relation avec les pouvoirs publics, a transmis des informations, et un des auteurs présumés des menaces a été placé en garde-à-vue. Il ne semble pas qu'il y ait eu de plaintes déposées jusqu'ici, et dans un souci d'apaisement, le TFC n'ira pas jusque-là. Suffisamment marqué, Casanova a décrété la fin des hostilités. Il l'a annoncé à son vestiaire ce matin, sans aller jusqu'à parler des menaces. Il a évoqué « un contexte trop lourd. Je ne peux pas assumer mes responsabilités, mon travail dans de bonnes conditions ».

Olivier Sadran va ébaucher une rupture à l'amiable avec une indemnisation pour ce fidèle du club. Le communiqué de presse paru sur le site officiel du TFC ce jeudi parle d'ailleurs d'une séparation « d'un commun accord ». Le directeur technique du centre de formation, Denis Zanko, assurera l'intérim sur le banc, a priori dès ce jeudi soir en amical face à Eibar (18 heures).

Dix-huitième du classement de Ligue 1, le TFC n'a plus gagné en Championnat depuis le 31 août. C'était le deuxième mandat d'Alain Casanova à la tête des Violets, qu'il avait repris en main en juin 2018 après un long premier épisode sur le banc entre 2008 et 2015.

Ce contenu peut également vous intéresser :

À lire aussi