Foot - L1 - Toulouse n'exclut pas un recours en cas de relégation

L'Equipe.fr
L’Equipe

Le TFC, dernier de Ligue 1 lors de l'interruption du Championnat en raison de la pandémie de coronavirus, n'exclut pas un recours si le club est rétrogradé. Dernier de Ligue 1 mais pas condamné mathématiquement au moment de l'interruption du Championnat à cause de la pandémie de coronavirus, le Toulouse FC se « réserve le droit » de déposer un recours juridique si son équipe était rétrogradée administrativement, a annoncé jeudi à l'AFP son président Olivier Sadran. « On ne sait pas si on le fera, c'est encore trop tôt pour le dire, mais on se réserve le droit de le faire », a déclaré Olivier Sadran alors que la Ligue de football professionnel réunissait ce jeudi son conseil d'administration pour statuer sur un arrêt définitif de la saison, suivant les injonctions du gouvernement français. Le fait de figer le classement actuel risquerait de condamner le TFC à la descente en Ligue 2.  Le « Téfécé » ne comptait alors que treize points (3 victoires, 4 nuls et 21 défaites), soit quatorze de moins que Nîmes, 18e et barragiste. À dix journées de la fin et avec 30 points restant à distribuer, ce retard considérable n'était toutefois pas suffisant pour acter mathématiquement la rétrogradation en Ligue 2 du TFC, pensionnaire de l'élite depuis 2003. Olivier Sadran, le président du TFC dans un courrier envoyé aux présidents de la FFF et de la LFP que le site LesViolets.com a diffusé « Toute décision de relégation fondée sur le classement provisoire au terme de la 27e ou de la 28e journée qui serait prononcée à l'encontre du TFC serait injuste, inéquitable et infondée en droit Par ailleurs, le site internet LesViolets.com, spécialisé dans l'actualité du club occitan, a publié une lettre envoyée mercredi par Sadran à Noël Le Graët, président de la FFF, et à Nathalie Boy de la Tour, présidente de la LFP. Dans cette missive, le président toulousain estime que « la conséquence (des annonces récentes) en est que le TFC ne pourra pas défendre loyalement, sur les terrains, ses chances de maintien en Ligue 1 jusqu'à la dernière journée de championnat. Nous le regrettons fortement, car un classement provisoire, à ce stade de la compétition, ne présage jamais du classement final. » Selon Olivier Sadran, « toute décision de relégation fondée sur le classement provisoire au terme de la 27e ou de la 28e journée qui serait prononcée à l'encontre du TFC serait injuste, inéquitable et infondée en droit. » Le dirigeant conclut sa lettre en demandant « que la FFF et la LFP respectent leurs propres règlements et se portent, comme elles le doivent, garantes de la protection de l'éthique et de l'équité sportive. Toute autre décision, ne permettant pas au TFC de faire valoir sportivement et équitablement ses chances de maintien, serait immédiatement contestée devant les juridictions compétentes. »

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

À lire aussi