Foot - L2 - Dunkerque - Ketkeophomphone (Dunkerque) veut « retrouver le très haut niveau »

L'Equipe.fr
·2 min de lecture

Billy Ketkeophomphone s'est engagé pour deux ans à Dunkerque, promu en Ligue 2, après avoir rebondi à Cholet, en National, en novembre dernier. L'attaquant (30 ans) explique son choix et les galères qu'il a traversées. « À 30 ans, vous retrouvez le monde professionnel à Dunkerque. Il y a un an, quasiment à la même période, vous étiez au chômage. Vous imaginiez un rebond possible à votre âge ?
J'y croyais, oui. Je n'ai jamais lâché. Quand j'ai eu la possibilité de signer à Cholet, en National, en novembre (2019), j'ai un peu hésité, je l'avoue. Mais je n'avais pas beaucoup d'opportunités. J'avais besoin de jouer, de me montrer, et pour ça, le National est un très bon Championnat. J'ai peut-être fait un pas en arrière mais c'était pour mieux revenir. Transferts : Billy Ketkeophomphone rebondit à Cholet (National) Dunkerque et Grenoble se sont battus jusqu'au bout pour vous faire signer. Pourquoi avoir choisi Dunkerque ?
J'ai senti qu'il y avait un vrai intérêt depuis des semaines. J'ai eu le coach (Fabien Mercadal) et le directeur sportif (Kévin Lesportes) au téléphone plusieurs fois. J'ai senti qu'ils avaient confiance en moi et j'en ai vraiment besoin, encore plus après tout ce que j'ai vécu ces dernières années. C'est-à-dire ?
J'ai l'impression que les clubs se posent encore 10 000 questions sur moi, sur mon physique alors que je n'ai plus du tout mal au genou (il a été victime d'une rupture des ligaments croisés en septembre 2016 et a dû subir trois opérations ensuite). « Heureusement, même quand on est au fond du trou, il y a des mains qui se tendent » Avez-vous la sensation de devoir rattraper le temps perdu ?
Dans le foot, tout va très vite, je suis bien placé pour le savoir. Après la fin de mon contrat à Auxerre (en juin 2019), j'ai compris que je ne pouvais compter que sur moi, mes proches. J'ai déménagé pour me rapprocher de la famille de ma femme, en Alsace, et le téléphone ne sonnait plus. Je pensais que c'était fini, il y avait déjà une dizaine de journées jouées. Heureusement, même quand on est au fond du trou, il y a des mains qui se tendent. Des agents (MYG Invest) m'ont appelé et j'ai rebondi à Cholet, un club que je remercie pour m'avoir donné une chance. Billy Ketkeophomphone : « Ma fille m'a sauvé » Quels peuvent être vos objectifs après toutes ces péripéties ?
Je sens vraiment que j'ai retrouvé le niveau que j'avais à Angers. Je me sens bien, je m'entraîne tous les jours pour être prêt à redémarrer à Dunkerque dès que le Championnat reprendra. Je veux retrouver le très haut niveau en France, et je m'en sens capable. » La Fédération française annule la L2 à 22