Foot - L2 - Lens - Philippe Montanier (Lens) : « On peut faire mieux »

L'Equipe.fr
L’Equipe

L'entraîneur de Lens, qui jouera contre Rodez lundi (20 h 45), estime que la solidité en défense du leader de Ligue 2 s'accompagne d'une progression en termes d'animation offensive. « Quels sont les joueurs à votre disposition pour le déplacement contre Rodez ?
Les nouvelles sont bonnes. On verra dimanche si Jonathan Gradit (cheville, très incertain) fait partie ou non du groupe. Benjamin Moukandjo (ischio-jambiers) a repris avec nous. Ce sera juste pour Rodez mais il est en bonne voie. Mouaad Madri va poursuivre avec la réserve (ce samedi face à Sedan). Steven Fortes a quitté les kinés et est accompagné d'une préparateur athlétique. Je compte sur tout le monde. On l'a vu la saison passée avec Simon Banza qui s'était donné une rupture des ligaments croisés d'un genou et qui est revenu le dernier mois avec le succès que l'on sait. « L'animation offensive, c'est toujours ce qu'il y a de plus dur à obtenir » Après vos trois derniers matches contre Auxerre (0-0), à Nancy (0-0) et contre Lorient (1-0), disposez-vous de plus de certitudes ?
Au niveau de la solidité et peut-être de la maîtrise, oui. Mais en termes d'animation offensive, non. Et puis les certitudes, en foot... Je suis content car on fait une bonne série en championnat. On a pris des points importants. Au classement (Lens est leader avant les matches de ce soir), cela ne change pas grand-chose. Seulement qu'on est en droit de penser que l'on sera cinq à sept équipes à se battre pour la montée en L1. Ce qui est intéressant, c'est que l'on avait envie de coller aux premières places et d'être dans le peloton de tête. Ce qu'on a réussi. En ce sens, c'est une évolution par rapport à la saison dernière où vous n'y étiez jamais parvenu ?
Oui, on sent que le groupe est plus complet, plus mûr. On voit bien que l'on gagne des matches sans notre capitaine (Fortes), qu'on est solide en son absence. Nous avons une progression satisfaisante par rapport à la saison dernière, un socle défensif. Mais j'aspire à ce que nous ayons une meilleure maîtrise technique. Que nous soyons plus dangereux sur la durée. L'animation offensive, c'est toujours ce qu'il y a de plus dur à obtenir. Je suis plutôt satisfait de notre progression mais je conserve cette exigence. Ce que l'on fait, c'est bien. Mais on peut faire mieux. En tout cas, ce ne sera pas suffisant si on veut rester en haut. Comment Lens a pris la tête de la L 2
L'arrivée de Benjamin Moukandjo peut-elle être la clé de votre déclic offensif ?
Ce ne sera pas un seul joueur mais l'ensemble du groupe. J'attends de tous les joueurs offensifs. C'est vrai que je leur demande beaucoup de travail défensif en premier rideau. Leur pressing haut paye car il nous met en position favorable pour finir les actions. Mais ils y laissent de l'énergie. Ce qui est bien c'est qu'on ne se repose pas sur deux ou trois joueurs mais sur cinq six. Ce serait bien si ces six-là avaient un niveau homogène. Je pourrais les faire rentrer en cours de matches ou d'un match à l'autre et compter sur tous. « Rodez, ça fonce, ça se projette vite vers l'avant. Elle est casse-pieds à jouer. On est prévenu » Que pensez-vous de votre adversaire ruthénois ?
Lolo (Laurent) Peyrelade, que j'ai eu en formation, fait un bon travail. C'est une équipe type promue avec beaucoup d'enthousiasme. Ça fonce, ça se projette vite vers l'avant. Elle est casse-pieds à jouer. On est prévenu. C'est encore une autre bataille qui nous attend. Il y a parfois de l'élan chez un promu. On l'a vu avec Béziers la saison passée pendant les deux ou trois premiers mois. Après, cela s'est essoufflé. D'autres sont allés au bout comme Boulogne-sur-Mer (2008-09 avec Montanier). Cela dépend de l'activité des joueurs, de leur expérience et de la cohésion. Tout rentre en ligne de compte. L'euphorie, la confiance, la qualité des joueurs et leur capacité à se maintenir en haut. Enfin, un entraîneur est tributaire des blessures de ses joueurs clé. Rodez n'est plus une surprise. L'équipe s'appuie plus sur la qualité globale du travail de Laurent. Et ils joueront au Stadium de Toulouse, ce qui n'est pas un avantage car le terrain est grand et l'ambiance différente de Rodez. »

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

À lire aussi