Foot - L2 - Ligue 2 : Dijon s'enfonce dans la crise, Toulouse solide leader

·3 min de lecture

Le club de Dijon a subi sa quatrième défaite de la saison face à des Toulousains sûrs de leur force. L'avenir de l'entraîneur David Linarès est plus que jamais incertain. Une réaction était attendue après le début de saison médiocre (3 défaites, un point, en quatre journées) de Dijon, relégué en Ligue 2 la saison dernière. Une sorte d'union sacrée avait émergé ces derniers jours autour de l'entraîneur David Linarès. Sur la sellette, après la défaite face à Quevilly-Rouen-Métropole (2-1), le coach bourguignon avait vu Olivier Delcourt, son président, le maintenir, même après avoir pris des contacts avancés avec David Guion. Ce fut ensuite aux joueurs, par la voix de Mickaël Le Bihan, de venir apporter leur soutien à leur entraîneur. lire aussi Le film du match Mais on ne répare pas certains maux avec la seule envie. Face à Toulouse, invaincu cette saison, les Dijonnais sont très vite apparus démunis, se faisant largement confisquer le ballon par leur adversaire. Une occasion en or pour Mamady Bangré (9e), peu inspiré, et des frappes de Brecht Dejaegere (14e) et de Stijn Spierings (17e), hors cadre, donnait le ton de l'emprise toulousaine sur la rencontre (près de 70 % de possession après 30 minutes de jeu). Mais Dijon aura eu son coup de pouce. Sur une frappe sans consistance de Yahya Younoussa, titulaire surprise, le ballon arrivait dans les pieds d'Aurélien Scheidler qui ne manquait pas la cible, d'une frappe croisée (1-0, 31e). De quoi réveiller un stade Gaston-Gérard ambiancé jusque-là sans contestation par les 25 supporters du Téfécé présents. Là encore, malgré l'ouverture du score, les doutes et la sérénité ont rapidement fait défaut aux locaux. Sur un corner, la frappe manquée de Mikkel Desler trouvait miraculeusement Ado Onaiwu, démarqué. L'international japonais ne se posait aucune question et venait égaliser d'une frappe puissante sous la barre de Baptiste Reynet (1-1, 37e). lire aussi Le classement de la Ligue 2 L'entrée fracassante de Ngoumou La pause n'allait rien changer à l'affaire. La tête de Healey, écartée sur sa ligne par Cheick-Omar Traoré (47e) remettait la pression sur le DFCO, qui déjà finissait par plier. De son camp, Gabrielsen trouvait Dejaegere dans l'axe. Le capitaine toulousain lançait dans la foulée Nathan Ngoumou. Le jeune attaquant profitait du raté de Christopher Rocchia pour trouver le petit filet droit opposé de Reynet (1-2, 50e). En feu, depuis son arrivée sur le terrain, Ngoumou, 21 ans, pitchoun qui a débarqué à Toulouse à l'âge de cinq ans, s'offrait un raid et sa frappe contrée par Reynet venait finir en cloche dans le but des Dijonnais sonnés (1-3, 62e). Les tentatives de Younoussa (66e) et de Le Bihan (69e), passées tout près du but de Dupé, ne venaient pas ternir l'énorme maîtrise du Téfécé, plus fort collectivement et avec une circulation du ballon plus fluide. voir aussi Suivez le multiplex de la 5e journée de Ligue 2 en direct sur la Chaîne L'Équipe Mais Dijon s'offrait un espoir avec cette faute de Desler sur Roger Assalé dans la surface. Le Bihan, titulaire pour la première cette saison, ne manquait pas l'occasion de relancer son équipe (2-3, 81e). Une joie de courte durée pour les supporters dijonnais puisque Van den Boomen inscrit le quatrième but toulousain sur penalty, après une faute de main de Traoré (2-4, 88e). Les quelques sifflets à la fin de la rencontre d'un public visiblement résigné ont confirmé la crise dans laquelle s'est un peu plus enfoncé le DFCO. Malgré du mieux dans le jeu, Dijon a subi la loi d'un adversaire mature. On ne voit pas très bien comment le président Delcourt puisse maintenant maintenir une fois de plus son entraîneur, David Linarès.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles