Foot - L2 - Paris FC, la panne offensive au moment de défier Nîmes

·3 min de lecture

En manque d'efficacité depuis plusieurs rencontres, le Paris FC, qui accueille Nîmes ce mardi, est aussi confronté à une pénurie inquiétante en attaque.

Le Paris FC vient non seulement d'enchaîner, samedi à Sochaux (0-2), une troisième défaite d'affilée mais, surtout, le club parisien n'a pas marqué une seule fois en autant de rencontres. Sur les cinq derniers matches, le Paris FC n'a ainsi inscrit que deux buts. Une période bien délicate pour une formation qui avait démarré en trombe avec cinq confrontations sans revers, dont quatre victoires. « Je ne suis pas plus inquiet maintenant que je n'étais euphorique après notre bonne entame, nous affirmait lundi Thierry Laurey, l'entraîneur francilien. Tous les clubs connaissent des périodes de moins bien, j'ai connu des périodes comme celle-là. C'est une mauvaise passe, on doit se retrousser les manches. On n'a pas le choix. »

lire aussi
Le classement de Ligue 2

L'ancien technicien de Strasbourg reste confiant, car hormis la défaite dans le Doubs où le PFC est apparu sans munitions, celles contre Guingamp (0-1) et à l'AC Ajaccio (0-1) lui ont laissé des regrets : « Elles sont frustrantes, mais pas inquiétantes. Il faut garder notre état d'esprit car c'étaient quand même deux matches de qualité. Le contenu était bon, mais on ne peut s'en prendre qu'à nous-mêmes. Il y a eu un manque criant d'efficacité. À Ajaccio, on s'est procuré trois situations claires et on rate un penalty. »

Quand la poisse s'en mêle...
Mais en plus de sa stérilité offensive, on pense à Gaëtan Laura, muet depuis trois matches, ou à Warren Caddy, qui n'a pas encore trouvé le chemin des filets cette saison, la poisse semble s'acharner sur ce secteur de jeu. Laura, stupidement expulsé mardi dernier à Ajaccio, purgera face à Nîmes sa seconde rencontre de suspension. Morgan Guilavogui, touché dans un choc à la tête samedi à Sochaux, est lui contraint de faire un break avant de connaître les résultats d'examens. Un suivi médical qui concerne aussi Alimani Gory. Le dernier renfort parisien, ancien de Troyes et prêté avec option d'achat par le Cercle Bruges, s'est démis l'épaule en fin de match (90e+3) à Bonal, quelques minutes après son entrée en jeu (77e). Il est aussi forfait face aux Crocos.

Quelles sont les solutions qui s'offrent aujourd'hui à Thierry Laurey et à son staff, avant de poursuivre leur marathon qui verra le PFC jouer vendredi à Niort son cinquième match en treize jours ? « Il faut avoir de l'imagination, rétorquait Laurey. Le calendrier est difficile, certains joueurs auront du mal à finir face à Nîmes, on le sait, et c'est un miracle de ne pas avoir plus de blessés », poursuivait-il. Face à Nîmes, le duo d'attaque sera inédit et forcément bien inexpérimenté : Migouel Afarela, transféré d'Annecy cet été, découvre à peine la Ligue 2, et Arnaud Taittevin, formé à Rennes, n'a pas encore signé de contrat professionnel.

lire aussi
La 9e journée de Ligue 2

Avec huit attaquants lors de la préparation, le Paris FC avait dû dégraisser mais le départ d'un Florent Martin ou celui plus récent de Marvin Gakpa, laissent des vides avec les déboires que connaît le club aujourd'hui. Il ne faut pas non plus compter sur l'ancien Niçois Lamine Diaby-Fadiga, quatre minutes au total de temps de jeu cette saison, que Laurey a totalement écarté du groupe et qui s'entraîne avec la réserve. Une mise en retrait assumée : « C'est un choix sportif, je n'en dirai pas plus. Ce que je vois n'est pas suffisant. Je le lui ai dit, les dirigeants aussi. Il est au courant, c'est clair ».

Offensivement, on sent comme une urgence pour une équipe qui, paradoxalement, est celle qui tire (110) et cadre (48) le plus en Ligue 2. Le staff et les dirigeants ont donc pris conscience qu'un renfort devenait nécessaire : « Quand on a de telles stats, ce n'est pas normal qu'on ne marque pas plus. On réfléchit à prendre quelqu'un en plus devant car on a droit à un joker. Il nous faut un tueur. » Un profil, à ce stade de la saison, qui ne court pas les rues.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles