Foot - Médias - Éric Di Meco (RMC Sport), après la défaite de l'OM à Porto : « Ça a dérapé »

L'Equipe.fr
·3 min de lecture

Commentateur de Porto-OM (3-0) mardi soir en Ligue des champions, Éric Di Meco était tellement déçu qu'il s'est franchement lâché à l'antenne. Mardi soir, le meilleur Marseillais à Porto était assis en tribune et malheureusement pour l'OM, il ne porte plus le maillot blanc et bleu depuis 1994. Défenseur emblématique du club (entre 1980 et 1994), Éric Di Meco a donné un véritable show au micro de RMC Sport, co-diffuseur du match avec Téléfoot : bons mots, blagues désabusées, accompagnés de quelques « peuchère » pour la couleur locale. Visiblement affecté par la triste prestation des Marseillais, battus (0-3) une douzième fois d'affilée en Ligue des champions, il a progressivement quitté son habituel costume de consultant pour se transformer en supporter désabusé. lire aussi Les supporters de l'OM sont furieux « Des fois, je suis un peu fada, je commente les matches tout seul à la maison », a-t-il notamment lancé. Une bonne image de sa prestation de mardi soir. On était dans le salon de Di Meco avec des commentaires souvent très drôles, mais sans filtre. Un appel à peine caché à utiliser la manière forte à la 53e minute (« Il va falloir se révolter là. Quitte à ce qu'il y en ait un qui rentre au vestiaire avant la fin du match... »). Puis un aveu de désespoir, énoncé avec une emphase méridionale : « enlevez toutes les cordes, tous les câbles qui pourraient servir de potence, je suis au bord du (suicide) ». 70 messages reçus lors du match de l'OM Di Meco a ensuite raconté en direct que ses copains supporters lui annonçaient ne plus regarder le match : « on est en train de perdre du monde Jano (Rességuié), je reçois beaucoup de textos de mes potes qui ont zappé sur d'autres matches, je pense qu'on va finir que tous les deux. C'est un nouveau concept, on ne commente que pour soi-même. » Il a d'ailleurs fini par citer à l'antenne les noms des personnalités qui lui écrivaient : « J'embrasse Julien Benneteau, il y a Charles Biétry qui nous dit aussi qu'il restera jusqu'au bout, Christophe Galtier « Galette », lui c'est normal c'est un Marseillais..., Titoff aussi, tiens... Il y a même Jérôme Rothen qui m'a dit qu'il ne me lâcherait pas, mais je me demande s'il ne me chambre pas Jérôme. » Eric Di Meco à Jean Rességuié « Quelle soirée Jano, il ne manquerait plus qu'on ramène le coronavirus » Les partants avaient tort, ils ont raté la fin du show Di Meco, conclue par une énième vanne : « Quelle soirée Jano, il ne manquerait plus qu'on ramène le coronavirus ». La prestation du consultant de RMC, qui avait refusé de commenter la finale de Ligue des champions, le 23 août dernier, parce que le PSG la disputait, n'est évidemment pas passée inaperçue. lire aussi Éric Di Meco, coeur de rocker Mais Di Meco, sollicité par plusieurs médias, s'est contenté d'un bref commentaire sur son antenne, mercredi après-midi dans le Moscato Show. « Hier (mardi) soir, ça a dérapé parce que c'est la première fois que, quand je suis au commentaire, je reçois autant de textos de copains qui regardent le match. C'était le jour de l'An. J'ai compté, à la fin, j'en avais soixante-dix. C'était un mélange de copains malheureux, de copains qui avaient honte. C'est ça qu'on a essayé de faire passer. »